Désobéissance

Film de Sebastian Lelio

Une jeune femme juive-orthodoxe, retourne chez elle après la mort de son père. Mais sa réapparition provoque quelques tensions au sein de la communauté lorsqu'elle retrouve sa meilleure amie avec les sentiments qu'elle éprouve toujours à son égard.

DesobeissanceSébastian Lelio nous offre un film qui explore à merveille les tourments de l'âme avec cette histoire d’amour d’une beauté rafraîchissante qui fait monter une sourde angoisse tout juste ce qu’il faut.

La photo avec des couleurs désaturées accompagnent l’hiver londonien froid et rigoureux ; elle colle parfaitement et aide à se sentir enfermé et à l’étroit tout comme l’héroïne.

Désobéissance force le respect par sa tonalité et sa dignité constante dont le but n'est pas de critiquer la communauté orthodoxe mais plutôt de montrer les rigueurs du communautarisme et surtout de s'intéresser à la manière dont les personnages peuvent s'émanciper d'un cadre établi.

Le film nous montre deux portraits de femmes qui malgré les obstacles choisissent dans la douleur, la liberté. Parfaitement suivies par une remarquable direction d’acteur et d’actrices, Alessandro Nivola est excellent et les deux Rachel, McAdams et Weisz sont éblouissantes. Nous ressentons chez Sébastian Lelio cette bienveillance qui gravite autour de ses personnages avec une absence de violence malgré le conflit sentimental qui bouleverse le trio. Les scènes sont magnifiques, passionnantes et poignantes et il y a une vraie poésie qui se dégage de chacune des images.

Rachel  Weisz joue avec une finesse considérable et toute en nuances un rôle infiniment difficile à défendre (la fille du rabbin émancipée) sans tomber dans les clichés et Rachel MacAdams est radieuse et touchante de passion tourmentée.

La scène d’amour entre les deux comédiennes peut déranger mais personnellement j’ai ressenti de ce cours moment, une intensité érotique pure et esthétique, qui figurera parmi les meilleures scènes d’érotisme du cinéma.

Je ne connaissais pas non plus la communauté orthodoxe, filmée ici avec soin, sans ostracisme ; finalement, n’importe quelle autre communauté religieuse aux règles strictes aurait pu constituer le fond du film.

Je ne suis pas allé voir rapidement "Désobéissance" car je savais que j’aimerais (et surtout parce que je suis très accro aux films de ces deux actrices toujours parfaites). Dans ma semaine cinématographique, c’est comme un dessert que j’ai savouré et que je recommande à tous les amoureux du septième art.

Opinion des gens : Presse – 86% de positif dont 7% de 5/5 et 65% de 4/5 et en négatif 14% de passable. Spectateurs – 90% de positif dont 7% de 5/5 et 34% de 4/5 et en négatif 10% de passable.

Nationalité : États-Unis (tourné dans le nord de l’Angleterre). Genre : drame, passion, romance.

26/06/2018

Ajouter un commentaire