La Ronde

comédie dramatique de Max Ophuls

Un narrateur, le « meneur de jeu », présente une série d'histoires tournant autour de rencontres amoureuses ou « galantes ». La « ronde » passe de la prostituée au soldat, du soldat à la femme de chambre, de la femme de chambre au fils de famille, et ainsi de suite jusqu’à ce que le cercle soit bouclé…

LarondeafficheMardi 20 février, j’ai eu le plaisir d’assister, confortablement installé au fauteuil « Buster Keaton » (chaque fauteuil possède sur son accoudoir une petite plaque du nom d’une personnalité du cinéma ancien et actuel) de la salle du ‘’1er film’’ de l’Institut Lumière, à la projection en version restaurée dans une superbe copie 35mm par le distributeur Carlotta films du film « la Ronde » réalisé par Max Ophuls en 1950.

Un film choral à la mise en scène virtuose et au casting prestigieux de portraits touchants d’une Vienne de 1900. Un film pessimiste montrant le caractère éphémère de passades sexuelles (l’acte lui-même restant hors champs).

Il s’agit d’une adaptation de la pièce d’Arthur Schnitzler et comme cette dernière, le film a connu la censure puisque de 110mn il a été réduit à 93mn lors de sa sortie en salles en 1950.

Nous assistons donc autour d’un manège de chevaux de bois à une suite de dix dialogues présenté en chanson par un meneur de jeu, un élégant narrateur (Anton Walbrook).

À mi-chemin entre rêve et réalité, dans une atmosphère mélancolique, chaque morceau de vie a pour point commun de brèves passions amoureuses, des aventures charnelles sans lendemain. Les décors sont somptueux, les ambiances raffinées et la musique envoûtante nous accompagne avec finesse.

Chaque tableau est en fait la démonstration d’une pléiade d’acteurs inspirés jouant leur propre partition avec élégance, bon gout et poésie. Qu’il s’agisse de Danielle Darrieux, Simone Signoret, Simone Simon, Odette Joyeux, Isa Miranda ou Serge Reggiani, Daniel Gélin, Fernand Gravey, Jean-Louis Barrault et Gérard Philipe c’est du pur plaisir de les voir à l’écran.

Un film qui peut être jugé kitch ou suranné mais qui est manifestement une interrogation sur l’amour, une tragi-comédie et comme une sorte de danse macabre écervelée et insouciante. Je me suis fait un petit plaisir comme sait me l’offrir l’Institut Lumière.

Nationalité : France. Genre : Comédie dramatique, mœurs...

Pas de critique ‘’Presse’’ et l’opinion des spectateurs est à 88% positive avec en négatif 4% de passable et 8% de mauvais. Nous ne sommes pas dans la forme du cinéma actuel et la majorité des spectateurs était conquise d’avance, un peu comme moi par nostalgie souriante.

20/02/2018

Cliquez sur la photo pour en améliorer le visuel

La ronde acteurs

Ajouter un commentaire