La Ch'tite Famille

comédie de Dany Boon

Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch'tis. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo, le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, suite à un accident, va perdre la mémoire et se retrouver 20 ans en arrière, plus ch’ti que jamais !

Ch tite famille afficheDany Boon aime sa région d’origine et ça se ressent dans ce film qu’il ne faut surtout pas prendre au premier degré car les personnages sont volontairement exagérés, ce qui fera surement grincer des dents ne serait-ce que les bobos branchés dont la caricature permet d’aborder avec douceur la question du mépris social sans manichéisme.

La famille du nord est aussi volontairement malmenée pour mieux montrer les qualités et les défauts des personnages hauts en couleur, attachants et simple avec de grosses ficelles en les éloignant de leur milieu et en les plongeant dans des situations qui remettent en question leur façon d’être.

Chaque personnage est ciselé avec beaucoup de tendresse et de justesse et si le trait est forcé c’est pour mieux nous le faire aimer.

On tombe très rapidement sous le charme de Louloute la belle-sœur ex petite-amie de Valentin, interprétée avec talent et toujours autant de drôlerie et de fougue par Valérie Bonneton. Gustave le frère, incarné par Guy Lecluise, loin d’être le niais qu’une première impression pourrait faire croire nous touche par sa douceur, sa simplicité et son côté un peu crédule. Line Renaud, la mère, illumine le film par sa subtilité et son émotion aussi fraîche que perceptible nous offrant la complicité qui semble relier tous les acteurs au réalisateur et à son histoire. Valentin le personnage interprété par Dany Boon est toujours égal à lui-même. Il est merveilleusement secondé par Laurence Arné dont la partition nous montre une femme sincèrement amoureuse et capable de changer (en bien) elle-aussi. Nous avons bien sûr Pierre Richard, le père qui nous fait son grand numéro de maladroit avec son talent habituel. François Berléand que j’apprécie beaucoup, le beau-père, joue le rôle du méchant mais il ne parvient pas à me faire perdre le coefficient de sympathie que j’éprouve pour lui. Et je donne une mention spéciale à Juliane Lepoureau, la jeune Britney fille de Louloute et Gustave, dont les quelques dialogues font mouche en remettant la balle au centre en nous rappelant que l’accent ch’ti n’est plus celui d’aujourd’hui et que les gens ne sont pas « comme ça ». C’est presque la plus sérieuse et aussi la plus craquante de gentillesse et de parler vrai.  

Alors mon sentiment est que  « La Ch’tite Famille » est une nouvelle fois une comédie de Dany Boon parfaitement maitrisée qui fait se sentir bien et apporte une fraicheur dans la tonalité, le sens du rire et de la dérision. Le Nord-Pas de Calais conserve cette tendresse décalée qui rend son univers si attachant.

Le bêtisier du générique de fin est à voir pour bien comprendre la complicité des acteurs et le deuxième degré.

Opinion des gens :
Presse – 76% de positif dont 30% de 4/5 et en négatif 8% de passable et 16% de mauvais.
Spectateurs – 72% de positif dont 22% de 5/5 et 28% de 4/5 et en négatif 11% de passable et 17% de mauvais.

Nationalité : France. Genre : comédie, parodie, régionalisme.

11/03/2018

Commentaires (2)

fabulgone
Il est sur ma liste de priorités
michel
  • 2. michel | 14/03/2018
Je t'invite à Inscrire sans faute sur ta liste de priorités le film "Hostiles" qui m'a beaucoup beaucoup plu !

Ajouter un commentaire