3 Billboards

Les panneaux de la vengeance

Après des mois sans que l'enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l'entrée de leur ville.

Cliquez sur l'image pour l'améliorer

3 billboardsMartin McDonagh réalisateur britannique et scénariste nous propose un suspense dans un drame saisissant qui dépasse le simple film policier avec une intrigue porté de façon magistrale par le trio Frances McDormand (Mildred), Woody Harrelson (le chef de la police) et Sam Rockwell (Dixon son adjoint) qui sont tous les trois magistraux et impressionnants dans leurs rôles respectifs.

Nous sommes partagés entre rire et larmes dans cette histoire aussi tragiquement drôle que férocement humaine. Le vrai plus de ce film, c’est que chacun des personnages est fouillé avec une sacrée palette de nuances. Ceux que nous détestons nous révèlent leur côté plus humain qui se fait jour peu à peu. Notamment Dixon, policier raciste et demeuré qui nous semble n’être autre qu’un individu irrécupérable, et bien le scénario lui offre  une chance de se racheter et de faire ce qui est juste, une interprétation époustouflante de Sam Rockwell.

Le chef de la police va jusqu’à l’extrême dans sa volonté d’agir et Frances McDormand qui est pour nous « compréhensible » dans sa quête, dépasse les simples limites de sa soif de justice vers une attitude vengeresse brutale. Rien n'est donc tout blanc ni tout noir dans ce monde et Mildred ne peut contrôler toute la spirale de violence que ces panneaux vont engendrer.

Un film intelligent, plein de surprise, d'émotion, d'humour, de gravité qui se révèle novateur et audacieux. Et l’ensemble des acteurs et seconds rôles tiennent leur place ; rien à redire, excellente direction d’acteurs.  

Opinion des gens :
Presse – 85% de positif dont 33% de 5/5 et 50% de 4/5 et en négatif, 15% de passable.
Spectateurs – 93% de positif dont 22% de 5/5 et 61% de 4/5 et en négatif 3% de passable et 3% de nul (on peut ne pas aimer, mais je suis toujours contrarié quand le rejet s’exprime par la méchanceté et l’agressivité...).

Nationalité : Angleterre, Etats-Unis. Genre : comédie dramatique, meurs, suspense.

19/01/2018

Commentaires (2)

fabulgone
Je ne pense pas que ce soit juste une coïncidence que la femme de Joël Cohen, l'excellente Frances McDormand ait accepté ce rôle, le réalisateur étant un "fan" des frères Cohen. Joli petit clin d’œil à la "cigarette", j'ai aimé...
michel
  • 2. michel | 22/01/2018
"plein de surprise" c'est ben vrai, car le plus souvent, par exemple, on ne devine pas comment une scène va finir, la scène finale en est le parfait exemple, ni dans quelle direction se dirige l'histoire.
Je ne connaissais point ce scénariste et réalisateur, anglais nous dis tu, mais il est fortiche, et tout-à-fait à la hauteur des frères Cohen ( Frances mc Dormand est l'épouse de l'un d'eux , n'est ce qu' une coïncidence ?).
On signalera au passage que, si l'on boit quelques bières dans ce film, normal dans les scènes de bar, on n'y fume pratiquement pas (bon point supplémentaire)

Ajouter un commentaire