Wonder

Wonder, merveilleux film de Stephen Chbosky

Après avoir vu ce film, tu crois à l'humain.

August Pullman est un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de cœur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure extraordinaire d’Auggie finira par unir les gens autour de lui.

Affiche de WonderStephen Chbosky nous propose un film tiré d'un best-seller de R.J. Palacio qui a touché plus de 5 millions de lecteurs aux États-Unis. Wonder en anglais signifie à la fois merveille et miracle et nous pensons que les deux vocables conviennent au film.

Un film rare et intelligent. Si l’histoire s’était focalisé sur le garçon, nous serions tombés dans l’outrance et la caricature, mais ce qui fait la force de cette réalisation, c’est qu’elle nous entraîne dans la vie de chacune des personnes concernées par la vie du gamin.

Nous envisageons alors le problème posé sur plusieurs angles, puisque nous sommes en ricochets dans l’existence de la mère (époustouflante Julia Roberts), de la sœur ainée, de l’amie de la sœur et du copain de collège d’Auggie. Tout s’imbrique avec une précision incroyable, tout en ressenti intérieur sans pathos ni mièvrerie et magnifiquement observé.

Alors émotionnellement parlant nous prenons une claque et si nous versons des larmes (difficile d’y échapper) ce sont des larmes de joie car tout nous ramène à l’humain et la souffrance n’est pas que celle de l’enfant, mais pour des raisons diverses elle touche les autres protagonistes.

Le film est rythmé, la mise en scène est impeccable, les acteurs, adultes et enfants, jouent parfaitement leurs rôles dans tous les registres ; il y a de l’humour, des dialogues riches et la photographie est superbe. Nous retenons aussi l'interprétation magistrale de ce môme bouleversant par Jacob Tremblay (un acteur-enfant de génie qui a débuté à 6 ans et qui, à 11 ans, est déjà devenu la coqueluche d'Hollywood). Un pur bonheur de film à ne pas rater, une petite pépite d’émotion, de sourire et d’espoir.

Opinion des gens :
Presse – 80% de positif dont 33% de 4/5 et en négatif 20% de passable.
Spectateur – 90% de positif dont 30% de 5/5 et 40% de 4/5 et en négatif, 10% de passable.

Nationalité : États-Unis. Genre : drame, famille, éducation, société...

21/12/2018

Wonder les acteurs

De gauche à droite : Owen Wilson le père, Julia Roberts, Jacob Tremblay, Izabela Vidovic la sœur
et Danielle Rose Russel l’amie et enfin Bryce Gheisar le pote.

cliquez sur la photo pour l'agrandir

Ajouter un commentaire