Jumanji 2

film de Jake Kasdan

Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji…

Jumanji 2Ce film de Jake Kasdan reprend et actualise celui de 1995 avec Robin Williams, car il s’agit bien ici du principe d’intégrer des personnages dans un jeu virtuel. Si le réalisateur n’avait pas donné à son film le nom de Jumanji, les gongonneurs, les rouscailleurs, les pisse-chagrin auraient hurlé au scandale en parlant de plagiat, de copieur, de pirate ; et d’avoir donné le nom de Jumanji, les même parlent de trahison, de non-respect...

Disons le tout de suite, cette « version » se démarque de l’original sur de nombreux points.

- En tout premier ce n’est pas la jungle qui vient chez les humains, mais les humains qui vont à la jungle.
- Nous sommes ici dans un jeu vidéo du genre Mario Bros et donc nous passons d’une aventure « archaïque » avec des armes de l’ancien temps et des figures sorties tout droit presque du temps de la colonisation, à des armes d'aujourd'hui avec des personnes bien de notre époque dotées de pouvoirs telles que nous ne les trouvons que dans les jeux vidéo.
- Les protagonistes sont des ados projetés dans des corps d’adultes et ils gardent leur caractère d’adolescent ce qui donne un côté puéril original et pas béta-benêt.

Alors pour en profiter pleinement, il faut avoir la capacité d’oublier ne serait-ce que provisoirement, le "Jumanji" version 1995. Parlons maintenant du contenu : Cette histoire est traitée avec humour, oscillant entre fable, fantastique et aventure, le récit est ponctué de rebondissements et de petites leçons de vie. Il offre à des ados l’expérience d’un autre corps et d’autres aptitudes pour un récit initiatique euphorisant où Dwayne Johnson, un ancien catcheur qui n’aurait jamais imaginé devenir une star, ne se prend pas au sérieux ; nous avons les sujets typiques des ados, l'amitié, les premières amours, la popularité, le lycée, etc.

Dès les premières répliques qui fusent, on comprend très rapidement qu’on n’aura pas besoin de réfléchir. Entre un Kevin Hart excellent dans un rôle clownesque au possible, un Jack Black superbe de cabotinages, une Karen Gillan qui nous fait fondre avec son regard intense, et un Dwayne Johnson toujours aussi solide mais pas méchant pour deux sous, nous savourons quelques situations truculentes.                                  cliquez sur l'image pour l'agrandir et l'améliorer

Jumanji 2 les acteursSi vous vous sentez prêts à remplir le postulat de départ et posez votre cerveau sur le siège de votre voisin pour vous immerger dans l’histoire qui revisite les codes du jeu vidéo avec malice, alors, ce sera finalement un bon moment à passer seul ou en famille.

Opinion des gens :
Presse – 60% de positif dont 12% de 4/5 et en négatif : 40% de passable. Je précise ici que même avec une notation très moyenne, la presse ne casse pas le film.
Spectateurs – 82% de positif dont 17% de 5/5 et 35% de 4/5 et en négatif 7% de passable, 7% de mauvais et 5% de nul : désolé pour ceux qui ont mis les avis négatifs mauvais et nuls car ils n’étaient pas suffisamment informés du contenu.

Nationalité : États-Unis. Genre : fantastique, action, parodie

26/12/2017

Commentaires (2)

michel
  • 1. michel | 28/12/2017
J'aime beaucoup "gongonneurs, rouscailleurs et pisse-chagrin "!
Même si j'appartiens sans doute moi-même à ces catégories en te faisant humblement remarquer qu'au pluriel, amours ( comme délices et orgues ) passent au féminin. Au nombre de mes dernières amours, il faut compter l'amour de la langue..
fabulgone
Arrête de te dénigrer, tu n'es pas gongonneur, la rudesse à bon escient est aussi une qualité." les premières amours " ok c'est rectifié. Je suis adhérent à la "Défense de la Langue Française", dirigée par Xavier Darcos (ni purisme, ni laxisme) et donc très attentif aux remarques.

Ajouter un commentaire