Wind River

film de Taylor Sheridan

Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue pour élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Cliquez ur la photo pour l'améliorer

Wind RiverTaylor Sheridan scénarise et réalise "Wind River", après avoir scénarisé "Sicario" et "Comancheria". Trois films qui forment presque une trilogie des « frontières américaines » car chacun d'entre eux se déroule dans une Amérique reculée et violente.

Avec les interprétations de Jeremy Renner, qui nous démontre toute l'étendue de son talent, d'Elizabeth Olsen parfaite dans sa détermination, ses doutes et ses peurs et des acteurs amérindiens, nous avons un film âpre, humain et dur tant dans l'univers hostile et glacé, que dans le vécu profond des personnages. Nous découvrons une peinture sans concession de laissés pour compte isolés, qui tentent de survivre dans cette réserve indienne du Wyoming et le réalisateur nous plonge dans un monde où le destin de chacun est ancré à la rudesse de l'endroit et de son climat.

Accepter la douleur, vivre avec, se surpasser pour continuer à exister est ici superbement décrit et c'est bien la dimension humaine qui nous touche vraiment... Taylor Sheridan a des choses à dire sur son pays et ses populations oubliées. Un film à ne pas manquer et nous attendons le prochain s’il est de la même veine.

Opinion des gens :
Presse – 81% de positif dont 66% de 4/5 et pour le négatif 15% de passable et 4% de mauvais.
Spectateurs – 98% de positif dont 12% de 5/5 et 56% de 4/5 et pour le négatif il y a tout de même 2% de nul, un avis que nous devons respecter.

Nationalité : États-Unis. Genre : drame humain, suspense à fortes sensations.

Commentaires (3)

michel
  • 1. michel | 06/09/2017
A mon tour d'emprunter cette admirable expression: "Oui, mais bon ", après quoi on ne peut rien ajouter sinon peut-être: "liberté d'expression, que de sottises on profère en ton nom !"ou plus modéré: "tout ce qui est excessif est insignifiant "
fabulgone
Oui mais bon ! même si je ne partage pas cet avis négatif excessif, je me dois d'accepter l'inacceptable même si ça me fait de la peine. sinon il n'y a plus de droit d'expression. Par contre j'aimerai pouvoir en discuter avec celui qui a fait ce commentaire.
Fabulgone
michel
  • 3. michel | 04/09/2017
Commentaire très complet et que je partage entièrement, si ce n'est la note finale sur les 2 °/° de gens qui jugent ce film nul et dont il conviendrait de respecter l'avis !

Ajouter un commentaire