La Papesse Jeanne

film de Jean Breschand

À l’aube du Moyen Âge, la Papesse Jeanne est l’histoire légendaire d’une jeune femme qui accède au trône papal. Vive, charnelle, elle a été consacrée à la surprise de tous et a régné deux ans sur Rome. Dans cet univers chaotique dominé par les hommes, une femme tente d’imposer sa voix.

La Papesse JeanneJean Breschand nous propose un film que je qualifierai d’inclassable dans le paysage cinématographique actuel. Tout en reprenant les  principaux éléments de la légende (ou l’histoire) de cette femme devenue Pape pendant deux ans et dont le sujet reste quelque peu flou ou « tabou », nous avons ici une version symbolique, allégorique avec des plans séquences sous une forme proche de la parabole. Le tout est assez hermétique au profane, qu’il soit croyant ou non, et peu se révéler indigeste.

Quoi qu’il en soit, surprenant et inattendu ce film nous livre de belles images baignée de lumière ou en clair-obscur car toute la période, de son voyage initiatique à son intronisation et ses deux années de pontificat, est concentrée sur quelques jours dans les paysages magnifiques de la Corse. Austère certes, mais non dénué de superbe.

Rajoutons qu’ici, Jeanne ne cherche jamais à dissimuler sa féminité et compte tenu de l’absence de richesses (le pape Léon IV vit non dans un palais, mais dans la simplicité d'un abri de campagne), nous sommes interrogés sur les institutions de l’Église et la place qu’elle accorde aux femmes.

Agathe Bonitzer réussit tout au long du scénario à crédibiliser son personnage imaginaire. Quand elle affirme sans ambiguïté que le pouvoir de bénir appartient à tous et non à un seul, fut-il pape (ou papesse), ce film montre à sa façon qu'il n'y aurait nulle incongruité, bien au contraire, à conférer à des femmes des ministères qui leur sont jusqu'ici interdits ! On passe alors de la légende aux interrogations de notre monde moderne.

Un film donc que je conseille aux curieux, qui aiment le cinéma sous toutes ses formes et ne craignent ni l’onirisme, ni le symbolique, ni les « films difficiles ». Quant aux amoureux de la Corse et de ses paysages ils seront ravis.

Opinion des gens :
Presse – 54% de positif dont 8% de 4/5 et en négatif 40% de passable et 6% de mauvais.
Spectateurs – non significatif, peu de critiques mais égalité 50/50 entre bons et mauvais. Cela confirme mon sentiment que ce film implique un avis tranché.

Nationalité : France - Genre : drame, légende, historique.

Ajouter un commentaire