Ce qui nous lie

film de Cédric Klapish

Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

Ce qui nous lie afficheCédric Klapisch nous propose un film sur le vin, la Bourgogne, la famille : une excellente cuvée. C’est surtout une belle fable sur les relations fraternelles. Tourné auprès de vrais producteurs qui ont enseignés leur savoir aux comédiens, sur une période d’un an, il plaira autant aux professionnels et aux amateurs de terroirs qu’au néophytes.

Les images de cette belle région, les vallons, les coteaux, les vignes vu sous l’angle des saisons est un véritable hymne au métier de vigneron qui vit en prise directe avec la nature qui dirige son quotidien.

C’est un film intelligent, intéressant, touchant et la grande implication des comédiens est remarquable. Tout est vrai et l’originalité tient au mélange de la vie des trois personnages de cette fratrie tantôt enfants, tantôt adultes. Ana Girardot est extraordinaire dans son rôle de « dirigeante » dans un monde dominé par les hommes auxquels elle parvient à tenir la dragée haute malgré quelques périodes de doutes et de fragilité. Ses deux frères interprétés par Pio Marmai l’ainé et François Civil le benjamin sont totalement impliqués à ses côtés et ça se voit. Le scénario est original avec de bons moments d’humour rafraichissants et parfois ‘’bien arrosés’’. Le contremaître Marcel, Jean-Marc Roulot et les deux épouses des frères, jouées par Maria Valverde et Yamée Couture sont impeccables avec une belle présence et juste ce qu’il faut de retrait. L’ensemble des seconds rôles est également parfaitement intégré à l’histoire.

Ce film parlera bien sûr, à tous ceux qui ont la chance de vivre cette empathie fraternelle entre frères et sœurs. À déguster sans modération et qu’importe l’ivresse quand elle est de ce tonneau-là.

Opinion des gens :
Presse – 78% de positif dont 3% de 5/5 et 52% de 4/5 - pour le négatif 13% de passable et 9% de mauvais.
Spectateurs – 83% de positif dont 17% de 5/5 et 33% de 4/5 - pour le négatif 10% de passable, 3% de mauvais et 2% de nul.
Je ne suis pas dans le panel officiel des critiques, mais exceptionnellement et personnellement, je mets 5/5 car je suis touché par cette belle fratrie qui ressemble à la mienne et surtout, parce que je me sens très proche du terroir et de la vigne, pour avoir vécu   20 ans dans le parc du Pilat avec des amis agriculteurs et vignerons.

Nationalité : France.
Genre : comédie, drame, famille.

Les acteurs de - Ce qui nous lieCliquez sur l'image pour l'agrandir

Commentaires (3)

Fabulgone
  • 1. Fabulgone | 22/06/2017
Ma relation père-fils est aussi intense qu'avec ma fratrie et je souscris pleinement à votre avis.
De même, "le jour d'après" figure dans mes sélections.
Amitié
Michel le gone du cintième.
michel(thierry)
  • 2. michel(thierry) | 22/06/2017
Je voulais te signaler, si tu ne l'as pas déjà repéré, le film absolument magnifique du coréen H.S.S., "le jour d'après" !
michel
  • 3. michel | 22/06/2017
Tout autant et peut-être même plus que la dimension de la fraternité sur laquelle vous insistez justement, je suis sensible pour ma part à celle de la paternité, des relations fils/pères et pères/fils à travers les générations, ce qu'illustre à mon sens l'interchangeabilité répétée des représentations de l' enfant/adulte qui incarne le protagoniste principal.

Ajouter un commentaire