Episode 41 à 44

épisode 41 - le cirque

Conseils de Savoir-Dire selon Fabulgone

Un ami vous déclare :
Au vide-grenier de Trifouillis-les-Oies, je me suis fait arnaquer par un camelot qui vendait un jeu de mèches capable de percer le bois, le fer ou le béton. En fait elles ne perçaient que le carton !
Répondez :
Il faut toujours se méfier des gens qui vendent des outils et qui ne s’en servent jamais sinon pour des démonstrations truquées !

Où Pinocchio se retrouva à travailler dans un cirque avant d’être vendu pour sa peau

Le cocher, d’un grand coup de tatane ouvrit la lourde et se planta devant les deux ânons terrorisés qui claquaient des mandibules. 
Inutile de vous planquer, j’ai bien reconnu vos braiements les aminches. Vous avez pris du bon temps, mais maintenant va falloir cracher au bassinet. Je vais vous astiquer et vous vendre un bon prix ! 

Il les étrilla, les pomponna, les bichonna, et brillants comme deux sous neufs, il les conduisit au marché. Roméo, La Mèche, fut acheté par un paysan qui venait de perdre sa bestiole et Pinocchio par un directeur de cirque. Celui-ci avait la mine sympathique du mec qui se baladait tranquille sur le trottoir avant de se faire écraser les arpions par une trottinette électrique en choppant le chauffard par le colbac. Il attacha Pinocchio dans l’étable à côté du chapiteau et lui apporta du foin pour bectance.

Notre pantin qui, comme à son habitude avait la fringale, ronfla une fois de plus comme une vieille bagnole, mais ayant reçu sur les miches un bon coup de fouet, il se résolut à becqueter le foin, ce qui somme toute, est bien une nourriture d’âne.

Le lendemain matin, il fut réveillé par un violent claquement de fouet qui failli lui arracher ses deux portugaises. Ainsi commencèrent trois mois de turbin. Il fut entraîné à danser sur ses pattes arrière, à sauter au travers d’un cerceau, à faire le mort et à saluer. Je n’te dis pas le nombre de coups de lanières qu’il encaissa sur le joufflu lors des entraînements. Quand on jugea qu’il était nickel pour jouer son numéro, le directeur fit placarder des affiches dans toutes les rues de la ville annonçant l’âne Pinocchio comme clou du nouveau spectacle.

Pinocchio cirqueCe soir-là, le chapiteau était bondé. Des cuchons de momignards affluaient sur les gradins tout bouliguants. Le directeur, loqué en monsieur loyal, redingote noire, futal blanc, huit reflets sur le ciboulot et bottes en crocos, jabilla devant le public :
Madame, Mademoiselle, Monsieur et vous les Enfants (tu te croirais à une représentation d’Eurodisney) le spectacle que nous avons l’honneur de présenter est unique en Europe. Il a été joué devant son altesse l’empereur Ventripotent 1er et dans toutes les hautes Cours comme les basses Cours. Je vous demande donc d’accueillir sous des tonnerres d’applaudissements, l’étoile de la danse, l’ânon Pinocchio ! 

Faut dire que quand il se pointa, il en jetait un max avec sa bride en cuir toute neuve percée de clous de cuivre, sa crinière tressée parsemée de rubans bleus ciel et, collés derrière ses étiquettes, deux camélias blancs. Il plia ses pattes avant saluant ainsi sous une véritable ovation. Le directeur claqua son fouet et le boucan cessa, chacun retenant son souffle.

Au pas ! Ordonna le directeur et l’ânon avança au pas cadencé.

Au trot ! Et il trottina autour de la piste.

– Au galop ! Il se mit à galoper comme un vrai canasson.

Le directeur tira un coup de pistolet en l’air et notre ânon s’arrêta aussi sec faisant semblant d’être touché en s’abousant sur le flanc et laissant sortir sa langouse, mimant la bestiole calanchée. Ce fut du délire, des vivas, des hourras, des cris, qui saluèrent la prestation. Parmi la foule Pinocchio reluqua une jeune femme portant à son cou un collier avec un médaillon en or. Il reconnut la Fée Bleue, mais lorsqu’il voulut l’appeler, seuls des hi-han désespérés sortirent de sa gueule, sous les rires des enfants.

Il reçut un coup de cravache sur le museau qui lui fit voir les étoiles et quand il rouvrit ses mirettes, la Fée avait calté. Complètement dans le seau, le sot en loupa son saut à travers le cerceau (pas mal la suite d’homonymes non ?) et il s’écrabouilla au sol en se foulant une patte ce qui le fit partir en boitillant, toujours sous les hurlements des rires des spectateurs qui crurent à une clownerie.

Le lendemain matin le vétérinaire déclara qu’il resterait estropié à vie ce qui lui valut d’être manu militari conduit au marché pour être revendu. Il fut alors racheté trois francs six sous par un zigoto qui jugea que sa peau permettrait de fabriquer un tambour. Ils jetèrent le malheureux paralysé de trouille dans une carriole que le mec traîna jusqu’à la falaise. Il lui cloqua un pavé en béton autour du corgnolon et lui attacha une longue ficelle à la patte arrière gauche, puis il l’agricha par l’autre patte et le jeta à la baille.
Pendant que l’ânon coulait à pic, il se posa sur un rocher, et il alluma une cibiche attendant que les poiscailles aient bouffé la bidoche pour ne laisser que la peau.

Fin de l’épisode, à suivre...,  

Ça devient craignos. Va-t-il être zigouillé pour de bon ?

Réponse A : Ne vous affolez pas j’ai de la ressource, la Fée va se pointer ! 
Réponse B : Pas du tout, comme Jason Bourne dans La vengeance dans la peau, il va se détacher et filocher sous l’eau !
Réponse C : Un poisson scie passant par-là va couper les cordes et il va disparaître ! 
Réponse D : Un banc de poissons passant dans le coinstot contents de l’aubaine, vont le bouloter !

Glossaire des mots nouveaux :
Bouliguant – en parler lyonnais, remuant, turbulent.
Langouse, ou Languetouse – c’est la langue bien sûr et filer une langouse, c’est embrasser sur la bouche.

Vous pouvez toujours consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais de plus en plus enrichi et qui vous permet de retrouver les mots populaires explicités. Il vous suffit de cliquer sur – Glossaire

Ajouter un commentaire