Episodes 26 à 30

épisode 27 - Ébravagé mais pas malhonnête

On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave
 et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.

Jean Gabin – Le Président (dialogues d’Audiard)

Où Pinocchio se joue des fouines

FouinePinocchio pionçait, recru de fatigue, lorsque des chuchotements du genre couinements bizarres s’approchèrent de lui le réveillant et il regarda par l’entrée de la niche sans se montrer. Il lui semblait zieuter quatre formes sombres, des bestioles du genre gros matou, mais en guise de greffiers, c’étaient des fouines. Des prédatrices qui se cajolaient le corgnolon en volant et dégustant des cacous ou des petits poulets.

L’une d’entre-elles, se sépara de ses compagnes et se pointa vers la niche ; elle chuchota :
Bonsoir Mélampo !
Faites excuses, mais je ne suis pas celui-là, répondit la marionnette.
Qui donc es-tu ?
Mon blase, c’est Pinocchio.
Que glandes-tu dans cette niche ?
Ma mission que je n’ai pas eue le loisir de refuser consiste à jouer les chiens de garde.
Mélampo, le vieux clébard, a pris sa retraite ?
En fait, il a soufflé sa veilleuse, ce matin, en oubliant de respirer ?
Calanché ? Pauvre bête ! Il était à la coule ! Mais toi aussi tu me semble un clebs fort aimable.
Navré, mais je ne suis pas un canidé !
Qu’es-tu alors ?
Une marionnette.
Et tu joues les chiens de garde ?
Ben oui, pomme à l’eau ! C’était ça ou me faire étriper ; c’est ma punition pour avoir piqué du raisin.
Pigé ! Je te propose que nous reconduisions les accords que nous avions faits avec Mélampo.
C’est quoi t’est-ce donc le deal ?
Poules attaquéesJe t’affranchis : nous viendrons une fois par semaine rendre une petite visite au poulailler dont nous prélèverons huit volailles. Nous en garderons sept et la huitième sera pour toi, ton bakchich. Il va sans dire, mais c’est mieux en le disant, que tu fais semblant d’avoir la ronflette et tu n’aboies pas pour réveiller le fermier.
C’est ce que faisait Mélampo ? s’étonna Pinocchio.
Exact gone, il n’y a jamais eu de lézard avec Mélampo. On va faire un petit galop d’essai ce soir même. Tu roupilles bonnard et avant de partir, nous te laisserons un beau poulet tout plumé pour ta bectance de demain. As-tu tout bien entravé ?
Que trop bien ! déclara le pantin en croisant son index et majeur gauche dans le dos, car il était en fait nique de mèche.

Pour les ceusses que maîtrisent pas l’argomuche et ses expressions imagées, cela signifie qu’il n’éprouvait aucune complicité, ni connivence avec les voleuses. Ce serait donc pour certains, faire la nique (idée de bravade) à la  mèche (complicité) et pour d’autres sans doute plus proche de la réalité, il s’agirait d’une déformation de l’alsacien et de l’allemand nix ou nicht (ne pas) et donc ne pas être de mèche.

Les quatre fouines rassurées, se dirigèrent vers le poulailler tout près de la niche. Elles attaquèrent la porte à coup de griffes et de chayottes et pénétrèrent à l’intérieur. Mais à peine étaient-elles entrées qu’elles entendirent se refermer violemment la lourde.

C’était Pinocchio qui non seulement avait refermé la porte, mais l’avait bloqué avec une grosse pierre. Il se mit alors à aboyer comme l’aurait fait un bon clébard. Le paysan réveillé, se saisit de sa pétoire et en chemise et bonnet de nuit rallégea illico.
Que se passe-t-il ? s’enquit-il.
Les voleurs de poules sont là ! rebriqua la marionnette.
 ?
Avec la volaille.

Le fermier entra dans le poulailler et agriffa les fouines qu’il fourra dans un sac en toile de jute en leur disant :
Je pourrais vous punir moi-même, mais je suis bonne pâte. Je vous donnerai demain à l’aubergiste du village voisin. Après vous avoir dépecées, il vous cuisinera comme du gibier. C’est un honneur que vous ne méritez pas, mais les hommes généreux comme moi ne s’arrêtent pas à ce genre de détail.
Sur ce, il les assomma d’un bon coup de gourdin, puis il se retourna en direction de Pinocchio.

Fin de l’épisode, à suivre...

Que va faire le paysan ?

Réponse A – Il va questionner le pantin et décider qu’il le gardera encore quelques jours pour être sûr que d’autres prédateurs ne vont pas venir le voler.
Réponse B – Pinocchio ne va pas vendre Mélampo suite aux demandes du fermier qui va lui proposer de l’embaucher comme gardien de nuit sans être jamais attaché.
Réponse C – Le paysan va le remercier et lui demander de raconter son histoire. Demain ils iront à Attrapenigauds pour que Pinocchio touche la prime pour avoir éliminé les voleurs qui sévissaient dans la région
Réponse D – Pinocchio sans dénoncer Mélampo va dire au paysan qu’il n’a pas marché dans l’arnaque des fouines qui voulaient acheter son silence. Le paysan va le libérer en le remerciant chaleureusement pour sa probité.

Glossaire des mots nouveaux :
Cajoler le corgnolon (se) – c’est manger beaucoup et de bonnes choses.
Cacou – typiquement lyonnais pour désigner l’œuf, c’est une onomatopée du cri de la poule qui pond.
Lézard (un), un empêchement, une difficulté vient du parler des jeunes  vers 1980 mais l’origine est obscure.
Bectance – de becqueter manger, nourriture ordinaire.
Entraver – usage courant en argot, pour comprendre, vient de l’ancien français enterver (chercher).
Agriffer – prendre, appréhender fermement, comme avec des griffes

Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

épisode 26 - La punition

Un midi, on nous avait servi à table un vin pas terrible et Francis avait sorti :
« Quoiqu’il en soit... je préfère le vin d’ici que l’Au-delà !»

Lino Ventura évoque ici un souvenir de Francis Blanche, sur le tournage du film, Les Barbouzes

Où Pinocchio joue les chiens de garde

Pinocchio arnoucha un ver luisant qui se baguenaudait juste au-dessus de sa tête. Il l’interpella :
– Graine de lumignon d’un huit décembre lyonnais, aurais-tu l’extrême obligeance, l’infinie bonté, la charité d’une bonne sœur qui œuvre à l’orphelinat de Djakarta, le charisme d’un chevalier de la Table Ronde, défenseur de la veuve et de l’orphelin, voire à l’occasion, d’une marionnette dans la mouise, de venir à mon secours et de me libérer de ce piège à c... (
parlant par respect pour les ceusses qu’offusquent la grossièreté, j’ai juste mis l’initiale de ce juron bien compréhensible si on considère le cumul des ennuis qui pleuvent sur le pauvre pantin).
– Nom d’un bec de gaz, mon pauvre gamin ! rebriqua la luciole qui s’était arrêtée et le zieutait avec la compassion de Frigide Darbot devant un serpent à sonnettes qui s’est mordu la queue. Comment as-tu fait ton compte pour te retrouver coincé par ce piège ?
– Je suis entré dans cette vigne pour cueillir deux grappes de raisin et…
– Ce raisin est à toi ?
– Non…
– Et alors ? Qui t’as appris à dérober le bien d’autrui ?
– J’avais les crocs de n’avoir rien bouloté depuis la petite aube.
– Ce n’est pas une raison suffisante pour t’approprier ce qui ne t’appartient pas.
– C’est bien vrai ! reconnut la marionnette qui chougnait toujours. Je ne recommencerai pas.

Leur causerie, s’interrompit lorsqu’ils ouïrent un bruit de pas qui se rapprochaient.
Sans vouloir la ramener mes poteaux, je me demande si ce ver luisant ne serait pas un peu le grillon qui parle. Il cause comme lui, plein de sentences sur les vertus morales du genre ‘’je suis ta conscience et c’est bien fait pour ta pomme si tu t’es encore fait gauler’’, et patati et patatras… Je vous y dis comme j’y pense, mais poursuivons.

Pinocchio chien de gardeIl s’agissait du proprio de la vigne, venu en loucedé pour voir si une fouine ne serait pas fait choper par un de ses pièges. Distinguant une forme, il sortit de sa vagnotte une lanterne qu’il alluma et tout ébaubi, constata qu’au lieu d’une bestiole, c’était un gamin qui se trouvait coincé dans les mâchoires d’acier.

Ah, petit salaupiaud, hurla le paysan rouge de colère, c’est donc toi le prédateur qui vole mes gallinacées ?
Que nenni, c’n’est pas mézigue couina Pinocchio en giclant des mirettes, j’avais la dalle et je voulais juste manger une grappe de raisin.
–  Qui vole du raisin, vole un poussin. (
J’ai mis poussin car poule ne rime pas avec raisin) ; je vais te donner une bonne leçon dont tu te souviendras longtemps.

Ouvrant le piège, il saisit le pantin par le colbac et le porta à bout de bras jusqu’à sa ferme. Arrivé dans la cour, il le laissa choir à terre, l’immobilisa avec sa godasse et lui dit :
Il n’est pas loin de vingt-trois plombes à ma tocante (
une montre gousset offerte lors de sa communion solennelle), j’ai les paupières lourdes et je vais me glisser sous les torchons. Demain nous règlerons nos comptes, numérote tes abattis. En attendant, comme mon chien à crevioté, tu vas prendre sa gâche et faire le chien de garde.

Ceci étant dit, il lui passa autour du cou un épais collier clouté en l’ajustant pour qu’il ne puisse pas y passer la tête, puis fixa l’autre bout de la chaîne au mur.
s’il se met à flotter cette nuit, tu peux aller te pieuter dans la niche. Tu y trouveras de la paille qui servait de lit à mon pauvre clébard depuis quatre ans. Et si par malheur des voleurs se présentaient, n’oublie pas de dresser tes portugaises et d’aboyer.

Le paysan rentra chez lui et ferma à double tour la porte derrière lui. Le pauvre Pinocchio resta prostré dans la cour, plus mort que vif à cause du froid, de la fringale qui le tenaillait toujours et de la frousse. Bref, il tremblotait pour toutes ses raisons en passant de temps en temps la main entre son cou et le collier qui lui serrait un peu trop le kiki.

Comme à chaque fois qu’il se trouvait dans la panade et comme tous les momignards pris en défaut, il chougnassait en se mortifiant :
C’est bien fait pour ma pomme ! Je suis vraiment qu’un feignasse et un traîne-patins. Si j’avais écouté les bons conseils au lieu des pillandres qu’i m’ont piqué mon flouze, si j’avais été à l’école pas buissonnière, fais mes devoirs et appris mes leçons et si j’étais resté avec mon pipa à la cambuse, je ne serais pas au milieu d’une cour de ferme à faire le chien de garde pour le paysan. Si on pouvait effacer l’ardoise et revenir à la case départ ! Mais c’est impossible, je vais donc en baver.
Tristement, il entra dans la niche en pensant ‘’qui dort, dine’’ et s’en alla rejoindre Morphée. Il pionçait depuis deux plombes quand...  
     

Fin de l’épisode, à suivre...

Qu’arriva-t-il à notre marionnette ?

Réponse A – La camarde et sa faux qui se baguenaudait dans le coinstot le prend sous son aile. Fin de l’épisode et de l’histoire.
Réponse B – La Fée bleue avait entendu sa contrition et émue du repentir du pantin le délivre et l’emmène dans ses bras jusqu’à son paternel.
Réponse C – Des chuchotements du genre couinements bizarres s’approchent de lui le réveillant et il regarde par l’entrée de la niche sans se montrer.
Réponse D – Le paysan pris de remords rallége en l’interpellant, pour lui donner une gamelle encore fumante d’une bonne soupe aux choux avec du lard.

Glossaire des mots nouveaux :
baguenauder (se) – se promener sans but véritable.
Mouise – c’est la misère, les embêtements ; on dit aussi battre la mouise pour chercher les ennuis.
Poteau, pote, un ami, un camarade, une métaphore pour parler de celui qui est droit et stable ; c’est aussi le terme utilisé pour la cuisse ou de grosses jambes.
Se faire gauler – de gauler dans le sens voler ou attraper c’est se faire voler quelque chose ou se faire attraper, la gaule c’est la canne à pêche et donc l’objet qui attrape ; par extension, la gaule est aussi le membre viril et gauler c’est aussi posséder une femme.
Abattis – membre du corps humain l’expression numéroter ses abattis qui signifie se préparer au pire vient du supplice de la roue où l’on brisait les membres du condamné.
Crevioter – mourir bien sûr, mais doucement.
Pillandre – en parler lyonnais, c’est un vaurien, un malhonnête.
Ardoise – en français courant c’est acheter à crédit ou avoir un crédit dans un bistrot ; le commerçant notait sur une ardoise les dettes ; effacer une ardoise, c’est donc annuler la dette et s’emploie ici pour effacer les erreurs passées.

Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

Ajouter un commentaire