Episodes 26 à 30

épisode 30 - naufrage et noyade !

La justice, c’est comme la Sainte Vierge, cher docteur,
si elle n’apparait pas de temps en temps, le doute s’installe

Philippe Noiret – Pile ou face, dialogue de Michel Audiard

Où Pinocchio tente de sauver son papa.

Pigeon dit alors :
– Justement j’aperçois un colombier.
Il était désert, mais ils y trouvèrent une bassine pleine d’eau et un panier rempli de vesce.
Les jolies fleurs mauve-bleu de la vicia cracca ou vesce jargeau sont comestible et délicieuse parfois amer, parfois sucrée. Les graines qui sont à l’intérieur des cosses sont des légumineuses, elles aussi, comestible.
Pinocchio détestait ces herbes. À l’esgourder, elles lui filaient la gerbe, lui retournant l’estogom. Mais ce jour-là il s’en empiffra et jabota en se tournant vers Pigeon :
Je n’aurais jamais cru que les vesces fussent si bonnes !

Mon gone, lorsque t’as les crocs et qu’il n’y a rien d’autre à briffer, même les vesces deviennent du nanan. La fringale se moque bien de la gourmandise.

Après s’être bien calé l’embuni, ils repartirent. Au petit matin les voici rendus sur la plage. Pigeon déposa Pinocchio et s’envola aussi sec, sans attendre le moindre remerciement pour sa bonne action. Il ouï à peine le ‘’merci’’ de son passager. Sur la plage, un cuchon de gens bieurlaient et gesticulaient face à la mer.

Quoi que c’est-y donc que se passe ? S’enquit la marionnette auprès d’une fenotte d’un âge certain (on n’dit plus vioque, quant à vieille toupie c’est réservé aux personnes acariâtres).

Il se passe qu’un pauvre paternel à la recherche de son fils, s’est embarqué sur une vieille coquille de noix ; la mer est démontée (il est prévu de la remonter dans un certain temps comme disait Raymond Devos) et je te fiche mon billet que la barque va sombrer incessamment sous peu.

Où est cette chaloupe ?
Là-bas, juste au bout de mon doigt ! répondit la mamie en montrant une frêle embarcation d’où émergeait un petit gniasse.

Pinocchio, écarquilla ses calots à la surface de l’océan et se mit à quincher :
– C’est mon dabuche ! C’est mon dabuche !
Tempete pinocchioBallotée comme un fétu de paille par les flots en furie, la petite chaloupe disparaissait, comme avalée par les énormes vagues, puis réapparaissait. Notre marionnette s’était hissé sur un gros rocher et n’en finissait pas d’appeler son dab en faisant de grands gestes avec son galurin et son tire-jus. Geppetto de son côté semblait, malgré la distance, (
et surtout parce que c’est dans le scénario) avoir reconnu son momignard.
Lui aussi agitait son béret faisant plein de moulinets avec ses brandillons. Il aurait volontiers fait marche arrière, mais la mer plus déchaînée qu’un groupe de punk rock, au bar des Capucins en bas des pentes de la Croix-rousse et en haut des escaliers de la rue Sainte-Marie des Terreaux, l’empêchait d’utiliser les rames pour revenir sur la plage.

Soudain, une vague énorme submergea la coquille de noix qui disparut.
Tous les spectateurs, bouche bée attendirent vainement que l’homme et sa chaloupe refasse surface, mais fifrelette, rien ne se passa.

Pauvre micheton ! Conclurent les pêcheurs et leurs compagnes en marmonnant une brève prière avant de se décider à rejoindre leurs cambuses. C’est alors qu’ils entendirent un long hurlement plus glaçant qu’une meute de loups encerclant l’hiver dans la forêt une biche aux abois. Se retournant, ils zieutèrent, le gamin que n’était pas un mauvais fer et qui du haut de son rocher plongea dans les eaux en criant :
Je vais te sauver mon papa, tiens bon je rallège ! Comme il était en bois, il flottait sans difficultés. Poussé par la volonté, il nageait comme un poisson un peu comme
Johnny Weissmuller, né en 1904 au royaume de Hongrie et arrivé aux Etats-unis à sept mois. Apatride, il falsifiera ses papiers d’identité pour participer aux jeux olympiques en 1924 et 1928 où il glanera 5 médailles d’or en natation dans différentes épreuves. Il obtiendra donc la nationalité américaine pour de vrai et restera le nageur, multi disciplines, le plus titré au monde avec 52 titres de champion des Etats-unis et 28 records du monde. En 1932 il incarnera au cinéma, le sixième Tarzan, le premier du cinéma parlant.

Longtemps, on put voir Pinocchio apparaître et disparaître de plus en plus loin de la côte. À la fin, on ne vit plus rien.

Pauvre garçon ! soupirèrent les pêcheurs qui rentrèrent chez eux en marmonnant une prière.  

Fin de l’épisode, à suivre...

Est-ce la fin du pantin ?

Réponse A – Il s’est fait gobé inopinément par un orque qui le régurgitera sur un morceau d’épave de bateau comportant le nom du navire La Méduse
Réponse B – Il nagera toute la nuit avant d’échouer, au petit matin, sur l’ile du Pays Imaginaire.
Réponse C – Il s’est fait gobé inopinément par un orque qui le régurgitera sur un morceau d’épave de bateau comportant le nom du navire Le HMS Bounty.
Réponse D – Il nagera toute la nuit avant d’échouer, au petit matin, sur l’ile des Abeilles industrieuses.

Glossaire des mots nouveaux :
Estogom – apocope de estomac ou mac est remplacé par gom (1848) Pierre Perret dans Cuisse de mouche (1968).
Gerbe – vomissement, c’est aussi curieusement, parlant par respect, une masturbation clitoridienne pour Simonin.
Ne pas être un mauvais fer – un mauvais fer est un individu dangereux parce que peureux et sournois – ne pas en être un c’est donc être brave.
Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

épisode 29 - Pigeon voyageur, pigeon transporteur !

C’est très mal vu d’être optimiste,
les gens adorent annoncer les nouvelles, surtout les mauvaises.

Jean Carmet – Je suis le badaud de moi-même

Où Pinocchio s’envole pour retrouver son papa.

À ce moment-là passa très haut dans le ciel un gros pigeon qui, s’arrêtant un instant de battre des ailes, lui bieurla :
C’n’est pas pour jouer les
fouinards, mais qu’est-ce que tu fiches à te rouler par terre ?
Je chougne, rebriqua la marionnette en levant son cabochon et se frottant les mirettes avec la manche de sa veste, faut que
je tue le ver.

Le volatile rajouta :
- Sans vouloir en rajouter à tes embiernes, parmi tes copains, tu ne connaîtrais pas un momignard en bois de tilleul qu’aurait pour blaze Pinocchio ?

Le pantin bondit sur ses pieds :
- Pinocchio ? Tu as dit Pinocchio ? Mais Pinocchio, c’est
mézigus !
Ce qu’oyant, le Pigeon plongea rapidos jusqu’à terre, se posant pile-poil devant lui. Il ressemblait peu à l’oiseau granidé, au bec court et droit, aux ailes courtes et au vol rapide, de mœurs sociales et parfois migratrices, car il était plus maous costaud qu’un dindon.
Mais alors, tu connais Geppetto ? Roucoula-t-il.
Si je le connais, mais c’est bien sûr, c’est mon paternel. Il t’a causé de mégnasse ? Dis, tu me conduis vers lui ? Comment Va-t-il ? Il est bien vivant ? Tu ne me mène pas en bateau, hein ? Quand l’a tu vu pour la dernière fois ? Que faisait-il ?

Pigeon battit des ailes pour interrompre la logorrhée verbale du pantin.
Il y a trois jours, il était sur une plage au bord de la mer.
Quoi t’est-ce donc qu’il bricolait, il se faisait pas bronzer je suppose ?
Il se fabriquait une chaloupe pour traverser l’océan. Depuis plus de quatre mois, il t’a cherché partout sur terre sans succès alors il s’est mis dans le coqueluchon de naviguer vers le Nouveau Monde pour voir si tu ne fricoterais pas avec les Amérindiens (
on ne dit plus indien ou peau-rouge, c'est ringard, ndlr).

Il a dû prendre un coup de soleil sur sa cafetière, c’n’est pas dieu posse que d’y croire. Elle est loin cette plage, bêla-t-il d’une voix cassée par l’angoisse.

– Un peu plus de mille kilomètres.
Mille kilomètres ? Je me sens défaillir, c’est à
Pétaouchnock, j’n’y arriverai jamais, Air-France et les TGV n’ont pas encore été inventés !

Cliquez sur la photo pour améliorer sa visibilité

Pinocchio et pigeonSi tu n’as rien contre, je peux t’y conduire.
Comment ?
À califourchon sur mon dos. Est-ce que tu es lourdasse ?
– Que nenni, je t’ai dit que j’étais en bois de tilleul. Tous les marionnettistes savent que le tilleul est apprécié pour ses qualités de sculpture et pour un poids moindre, ce qui facilite la manipulation, car n'oublions pas que la marionnette est tenue à bout de bras. C’n’est pas Guignol ni Gnafron qui te diront le contraire.

Sans attendre une broquille de plus, Pinocchio sauta sur le dos de la bestiole, mit une guibole de chaque côté, comme Lucky Luke sur Joly Jumper et, parodiant le héros de Morris et Goscinny, s’écria :
I'm a poor lonesome marionnette, I've a long, long way to océan, ce qui peut se traduire par : "Je ne suis qu’une pauvre marionnette solitaire et j’ai un sacré putain de long chemin pour aller jusqu’à cette saleté de flotte océanique".

Pigeon s’envola. Quelques instants plus tard, il volait tellement haut qu’il touchait presque les nuages. Curieux, Pinocchio eut alors envie d’arreluquer en bas. Il comprit très vite ce que le mot vertige veut dire ; le cœur au bord des lèvres, la trouille au ventre, la tête tourneboulée, il s’agrippa fortement au cou de sa monture à plumes et ne moufta plus.
Ils volèrent toute la journée.
Vers le soir, Pigeon jabilla :
J’ai la pépie, j’ai besoin de lichaison.
– Et moi j’ai les crocs, un peu de chicaison serait la bienvenue !
ajouta Pinocchio.

Pigeon dit alors : – Justement j’aperçois...

Fin de l’épisode, à suivre...

Qu’aperçut-il ?

Réponse A – « Like an elephant » un restaurant végétalien qu’il avait testé avant de rencontrer Pinocchio ; il avait particulièrement apprécié la planche de délicieux fromages végétaux fermentés et affinés comme des vrais.
Réponse B – Un Biocoop où ils pourront se procurer des graines diverses et variées et des steaks de soja.
Réponse C – Un colombier où il y a toujours du ravitaillement pour les pigeons voyageur.
Réponse D – Un verger à côté d’un champ de maïs où une petite source naturelle alimente un abreuvoir pour ruminants.

Glossaire des mots nouveaux :
Fouinard – individu qui cherche dans tous les coins et recoins.
Tuer le ver – Il s’agit d’étouffer ses remords et autres problèmes de conscience. Les remords sont comme le ver qui ronge taraude, mine. Il faut donc le tuer.
Mézigus, mégnasse, mézigoche – Moi, moi-même. Nous sommes ici dans les mots créés par Frédéric Dard et qui figurent dans le dictionnaire de San-Antonio ; en argot on dit mon gnasse, cette acception est rarement utilisé depuis San-Antonio.
Cafetière – le crane, la tête et parfois le visage c’est une analogie de forme avec idée d’un contenu chaud et aussi, bouillant.
Moufter – Prendre la parole, réagir de façon négative, contredire.
Pétaouchnock
voir le Glossaire. Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

31 mars2019

épisode 28 - La marionnette paye ses erreurs

Je suis aussi convaincu que les choses qui sont impossible  
sont celles qu’on n’a pas envie de faire. 
Claude Lelouch

Où Pinocchio, libre, va avoir une bien mauvaise surprise.

Le paysan questionna Pinocchio
Affranchit-moi pantin, t’es balèze pour avoir déjoué les manigances de ces quatre bestioles qui vont finir en pâté de foie et comme foulard en peau de fouine. Le foulard en fourrure c’est très tendance de nos jours. Accouche ton plan ; dire que mon fidèle Mélampo, se faisait toujours berlurer !

Pinocchio aurait pu balancer le clébard, mais ça tournicotait dans les boyaux de sa tête et il pensait :
- Ce serait un peu salopiot de cracher sur un morpionibus. Quand t’es calanché, t’es calanché, alors laissons reposer en paix ce vieux clebs et « De profundis ! (c’est qui se dit d’une disparition que l’on ne regrette pas) ».
Il jacta donc au fermier ce qui suit:
- Je pionçais grave quand le bavardage des fouines m’éloigna des bras de Morphée. L’une d’elles me glissa dans le tuyau de l’oreille que si je promettais de ne pas aboyer pour vous réveiller, j’aurais droit à un beau poulet tout préparé. Non mais quel culot ! M’offrir un bakchich, pour que j’écrase le coup, Je suis une marionnette avec des défauts, qui n’en a pas, mais je n’suis pas un arnaqueur, un malfaisant, complice de ces saligaudes pour vous rouler dans la farine.

En donnant une tape amicale sur l’épaule de Pinocchio, le paysan lui dit :
T’es un gone bien artet et démenet, ta déclaration te fais honneur. Nous allons partager un bol de soupe chaude et une tartine de fromage-fort pour te requinquer et tu pourras décaniller pour rentrer chez toi. Et il lui ôta le collier pour chien.  

Ainsi fut dit, ainsi fut fait et quelques plombes plus tard, nous vîmes le pantin courater à travers champs pour rejoindre le ruban qui devait le conduire vers la Fée. Arrivé sur la route, Il arnoucha la plaine qui s’étendait au-dessous de lui. Il distingua fort bien le bois où il avait eu la guigne de croiser Renard et Chat et même, dominant les autres arbres, la cime du grand chêne où il fut pendu. Mais il eut beau arreluquer le paysage dans tous les sens, il ne parvint pas à trouver la bicoque de la fillette aux cheveux bleu-nuit.

Il eut alors un horrible pressentiment et c’est en ayant les miches qui font bravo qu’il déboula dans la clairière où devait se trouver la maison blanche. Je rappelle ici pour ceux qui ont du mal à suivre que nous ne sommes pas aux Amériques et donc pas dans la casbah du président étatsunien. La maison avait disparu et il n’y avait qu’un modeste bloc de marbre sur lequel était gravé en caractère d’imprimerie ces tristes mots :

CI-GÎT LA FILLETTE AUX CHEVEUX BLEUS
MORTE DE CHAGRIN APRÈS AVOIR ÉTÉ ABANDONNÉE
PAR SON PETIT FRÈRE PINOCCHIO  

Ce qui va suivre va sembler un peu exagéré pour les ceusses qui ne connaissent pas la démesure du tempérament italo-sicilien, alors accrochez-vous car Pinocchio va péter un câble en déchiffrant sur la pierre cette horrible nouvelle. Depuis la tirade du nez, de Cyrano je n’avais rien lu d’aussi grandiloquent.

Pinocchio 28Il se jeta à terre, couvrit de baisers la pierre tombale éclata en sanglots, gicla des mirettes toute la nuit. Au petit matin il chougnait encore, mais sans larmes. Les collines environnantes renvoyaient l’écho de ses cris stridents et de ses lamentations déchirantes.
Ô ma petite Fée, pourquoi es-tu morte ?
Juste pour te contrarier ‘’ndlr’’. Pourquoi toi et pas moi, moi qui suis si méchant alors que toi tu étais si bonne ? Parce que c’est toujours les meilleurs qui partent les premiers ‘’ndlr’’.
Et mon papa, qu’est-il devenu ?
Un peu tard pour y penser ‘’ndlr’’.
Ô ma petite Fée, dis-moi où je pourrais le trouver car je veux rester avec lui pour toujours, ne plus jamais le quitter, jamais, jamais !
Trop tard gamin ‘’ndlr’’.
Ô petite Fée, dis-moi que ce n’est pas vrai, que tu n’es pas morte !
Mais si elle a rendu ses clefs ‘’ndlr’’.
Si vraiment tu m’aimes, si tu aimes ton petit frère, alors renais, sois vivante, comme avant !
T’appuye pas sur la corde sensible ‘’ndlr’’.
Cela ne te fait rien de me voir abandonné de tous ? Si les bandits revenaient et me pendaient encore à la branche d’un arbre, cette fois je mourrais pour de bon.
Là nous frôlons le chantage affectif ‘’ndlr’’.
Que veux-tu que je fasse tout seul dans ce vaste monde ?
Comme maintenant des bêtises ‘’ndlr’’. 
Maintenant que j’ai perdu mon papa, qui va me donner à manger ? Et la nuit, où Pourrai-je dormir ? Qui va me tailler de nouveau vêtements ?
La providence y pourvoira ‘’ndlr’’. 

Oh ce serait mieux, cent fois mieux que je meure moi aussi ! Oh oui, je veux mourir ! Hi ! Hi ! Hi ! Hi ! Ça ressemble un peu à de la Comédia del arte non ‘’ndlr’’ !

Il fit le geste de s’arracher les cheveux, mais comme ils étaient en bois, il ne pouvait même pas y passer la main.
À ce moment-là passa...

Fin de l’épisode, à suivre...

Qui donc passa ?

Réponse A – Mangiafoco qui va le prendre et l’adopter. Pinocchio deviendra comédien.
Réponse B – Le grillon qui parle et qui va le souler de morale.
Réponse C – Le Juge qui va l’arrêter pour trouble à l’ordre public, Pinocchio retourne à la case prison.
Réponse D – Un pigeon qui va l’emmener rejoindre Geppetto.

Glossaire des mots nouveaux : Balèze ou balaise – individu fort (physiquement ou intellectuellement) qui impressionne.
Balancer – devenir un délateur et dénoncer.
Rouler dans la farine – Une façon imagée pour rappeler que la 'farine' utilisée ici serait celle dont s'enduisaient les comédiens au XIXe siècle pour se maquiller, ce qui empêchait de les reconnaître et leur permettait ainsi de tromper les gens.
Courater – courir sans cesse de côté et d’autre ce mot lyonnais est une déviation du vieux français courrater qui en fait signifiait faire le métier de courtier. Courater s’emploie aussi dans le sens de papillonner, draguer les filles.
Guigne ou guignon – malchance  qui viendrait de guigner, regarder de manière défavorable, porter le mauvais œil, mais ce pourrait être aussi de guignes, des griottes séchées qu’on offrait au malheureux conscrit qui avait tiré un mauvais numéro et devait partir pour l’armée (1811).
Avoir les miches qui font bravo – nous avons ici une peur panique où à la fois la personne tremble et a les fesses qui s’entrechoquent.  
Déboula – arriva subitement.

Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

26 mars 2019

épisode 27 - Ébravagé mais pas malhonnête

On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave
 et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.

Jean Gabin – Le Président (dialogues d’Audiard)

Où Pinocchio se joue des fouines

FouinePinocchio pionçait, recru de fatigue, lorsque des chuchotements du genre couinements bizarres s’approchèrent de lui le réveillant et il regarda par l’entrée de la niche sans se montrer. Il lui semblait zieuter quatre formes sombres, des bestioles du genre gros matou, mais en guise de greffiers, c’étaient des fouines. Des prédatrices qui se cajolaient le corgnolon en volant et dégustant des cacous ou des petits poulets.

L’une d’entre-elles, se sépara de ses compagnes et se pointa vers la niche ; elle chuchota :
Bonsoir Mélampo !
Faites excuses, mais je ne suis pas celui-là, répondit la marionnette.
Qui donc es-tu ?
Mon blase, c’est Pinocchio.
Que glandes-tu dans cette niche ?
Ma mission que je n’ai pas eue le loisir de refuser consiste à jouer les chiens de garde.
Mélampo, le vieux clébard, a pris sa retraite ?
En fait, il a soufflé sa veilleuse, ce matin, en oubliant de respirer ?
Calanché ? Pauvre bête ! Il était à la coule ! Mais toi aussi tu me semble un clebs fort aimable.
Navré, mais je ne suis pas un canidé !
Qu’es-tu alors ?
Une marionnette.
Et tu joues les chiens de garde ?
Ben oui, pomme à l’eau ! C’était ça ou me faire étriper ; c’est ma punition pour avoir piqué du raisin.
Pigé ! Je te propose que nous reconduisions les accords que nous avions faits avec Mélampo.
C’est quoi t’est-ce donc le deal ?
Poules attaquéesJe t’affranchis : nous viendrons une fois par semaine rendre une petite visite au poulailler dont nous prélèverons huit volailles. Nous en garderons sept et la huitième sera pour toi, ton bakchich. Il va sans dire, mais c’est mieux en le disant, que tu fais semblant d’avoir la ronflette et tu n’aboies pas pour réveiller le fermier.
C’est ce que faisait Mélampo ? s’étonna Pinocchio.
Exact gone, il n’y a jamais eu de lézard avec Mélampo. On va faire un petit galop d’essai ce soir même. Tu roupilles bonnard et avant de partir, nous te laisserons un beau poulet tout plumé pour ta bectance de demain. As-tu tout bien entravé ?
Que trop bien ! déclara le pantin en croisant son index et majeur gauche dans le dos, car il était en fait nique de mèche.

Pour les ceusses que maîtrisent pas l’argomuche et ses expressions imagées, cela signifie qu’il n’éprouvait aucune complicité, ni connivence avec les voleuses. Ce serait donc pour certains, faire la nique (idée de bravade) à la  mèche (complicité) et pour d’autres sans doute plus proche de la réalité, il s’agirait d’une déformation de l’alsacien et de l’allemand nix ou nicht (ne pas) et donc ne pas être de mèche.

Les quatre fouines rassurées, se dirigèrent vers le poulailler tout près de la niche. Elles attaquèrent la porte à coup de griffes et de chayottes et pénétrèrent à l’intérieur. Mais à peine étaient-elles entrées qu’elles entendirent se refermer violemment la lourde.

C’était Pinocchio qui non seulement avait refermé la porte, mais l’avait bloqué avec une grosse pierre. Il se mit alors à aboyer comme l’aurait fait un bon clébard. Le paysan réveillé, se saisit de sa pétoire et en chemise et bonnet de nuit rallégea illico.
Que se passe-t-il ? s’enquit-il.
Les voleurs de poules sont là ! rebriqua la marionnette.
 ?
Avec la volaille.

Le fermier entra dans le poulailler et agriffa les fouines qu’il fourra dans un sac en toile de jute en leur disant :
Je pourrais vous punir moi-même, mais je suis bonne pâte. Je vous donnerai demain à l’aubergiste du village voisin. Après vous avoir dépecées, il vous cuisinera comme du gibier. C’est un honneur que vous ne méritez pas, mais les hommes généreux comme moi ne s’arrêtent pas à ce genre de détail.
Sur ce, il les assomma d’un bon coup de gourdin, puis il se retourna en direction de Pinocchio.

Fin de l’épisode, à suivre...

Que va faire le paysan ?

Réponse A – Il va questionner le pantin et décider qu’il le gardera encore quelques jours pour être sûr que d’autres prédateurs ne vont pas venir le voler.
Réponse B – Pinocchio ne va pas vendre Mélampo suite aux demandes du fermier qui va lui proposer de l’embaucher comme gardien de nuit sans être jamais attaché.
Réponse C – Le paysan va le remercier et lui demander de raconter son histoire. Demain ils iront à Attrapenigauds pour que Pinocchio touche la prime pour avoir éliminé les voleurs qui sévissaient dans la région
Réponse D – Pinocchio sans dénoncer Mélampo va dire au paysan qu’il n’a pas marché dans l’arnaque des fouines qui voulaient acheter son silence. Le paysan va le libérer en le remerciant chaleureusement pour sa probité.

Glossaire des mots nouveaux :
Cajoler le corgnolon (se) – c’est manger beaucoup et de bonnes choses.
Cacou – typiquement lyonnais pour désigner l’œuf, c’est une onomatopée du cri de la poule qui pond.
Lézard (un), un empêchement, une difficulté vient du parler des jeunes  vers 1980 mais l’origine est obscure.
Bectance – de becqueter manger, nourriture ordinaire.
Entraver – usage courant en argot, pour comprendre, vient de l’ancien français enterver (chercher).
Agriffer – prendre, appréhender fermement, comme avec des griffes

Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

épisode 26 - La punition

Un midi, on nous avait servi à table un vin pas terrible et Francis avait sorti :
« Quoiqu’il en soit... je préfère le vin d’ici que l’Au-delà !»

Lino Ventura évoque ici un souvenir de Francis Blanche, sur le tournage du film, Les Barbouzes

Où Pinocchio joue les chiens de garde

Pinocchio arnoucha un ver luisant qui se baguenaudait juste au-dessus de sa tête. Il l’interpella :
– Graine de lumignon d’un huit décembre lyonnais, aurais-tu l’extrême obligeance, l’infinie bonté, la charité d’une bonne sœur qui œuvre à l’orphelinat de Djakarta, le charisme d’un chevalier de la Table Ronde, défenseur de la veuve et de l’orphelin, voire à l’occasion, d’une marionnette dans la mouise, de venir à mon secours et de me libérer de ce piège à c... (
parlant par respect pour les ceusses qu’offusquent la grossièreté, j’ai juste mis l’initiale de ce juron bien compréhensible si on considère le cumul des ennuis qui pleuvent sur le pauvre pantin).
– Nom d’un bec de gaz, mon pauvre gamin ! rebriqua la luciole qui s’était arrêtée et le zieutait avec la compassion de Frigide Darbot devant un serpent à sonnettes qui s’est mordu la queue. Comment as-tu fait ton compte pour te retrouver coincé par ce piège ?
– Je suis entré dans cette vigne pour cueillir deux grappes de raisin et…
– Ce raisin est à toi ?
– Non…
– Et alors ? Qui t’as appris à dérober le bien d’autrui ?
– J’avais les crocs de n’avoir rien bouloté depuis la petite aube.
– Ce n’est pas une raison suffisante pour t’approprier ce qui ne t’appartient pas.
– C’est bien vrai ! reconnut la marionnette qui chougnait toujours. Je ne recommencerai pas.

Leur causerie, s’interrompit lorsqu’ils ouïrent un bruit de pas qui se rapprochaient.
Sans vouloir la ramener mes poteaux, je me demande si ce ver luisant ne serait pas un peu le grillon qui parle. Il cause comme lui, plein de sentences sur les vertus morales du genre ‘’je suis ta conscience et c’est bien fait pour ta pomme si tu t’es encore fait gauler’’, et patati et patatras… Je vous y dis comme j’y pense, mais poursuivons.

Pinocchio chien de gardeIl s’agissait du proprio de la vigne, venu en loucedé pour voir si une fouine ne serait pas fait choper par un de ses pièges. Distinguant une forme, il sortit de sa vagnotte une lanterne qu’il alluma et tout ébaubi, constata qu’au lieu d’une bestiole, c’était un gamin qui se trouvait coincé dans les mâchoires d’acier.

Ah, petit salaupiaud, hurla le paysan rouge de colère, c’est donc toi le prédateur qui vole mes gallinacées ?
Que nenni, c’n’est pas mézigue couina Pinocchio en giclant des mirettes, j’avais la dalle et je voulais juste manger une grappe de raisin.
–  Qui vole du raisin, vole un poussin. (
J’ai mis poussin car poule ne rime pas avec raisin) ; je vais te donner une bonne leçon dont tu te souviendras longtemps.

Ouvrant le piège, il saisit le pantin par le colbac et le porta à bout de bras jusqu’à sa ferme. Arrivé dans la cour, il le laissa choir à terre, l’immobilisa avec sa godasse et lui dit :
Il n’est pas loin de vingt-trois plombes à ma tocante (
une montre gousset offerte lors de sa communion solennelle), j’ai les paupières lourdes et je vais me glisser sous les torchons. Demain nous règlerons nos comptes, numérote tes abattis. En attendant, comme mon chien à crevioté, tu vas prendre sa gâche et faire le chien de garde.

Ceci étant dit, il lui passa autour du cou un épais collier clouté en l’ajustant pour qu’il ne puisse pas y passer la tête, puis fixa l’autre bout de la chaîne au mur.
s’il se met à flotter cette nuit, tu peux aller te pieuter dans la niche. Tu y trouveras de la paille qui servait de lit à mon pauvre clébard depuis quatre ans. Et si par malheur des voleurs se présentaient, n’oublie pas de dresser tes portugaises et d’aboyer.

Le paysan rentra chez lui et ferma à double tour la porte derrière lui. Le pauvre Pinocchio resta prostré dans la cour, plus mort que vif à cause du froid, de la fringale qui le tenaillait toujours et de la frousse. Bref, il tremblotait pour toutes ses raisons en passant de temps en temps la main entre son cou et le collier qui lui serrait un peu trop le kiki.

Comme à chaque fois qu’il se trouvait dans la panade et comme tous les momignards pris en défaut, il chougnassait en se mortifiant :
C’est bien fait pour ma pomme ! Je suis vraiment qu’un feignasse et un traîne-patins. Si j’avais écouté les bons conseils au lieu des pillandres qu’i m’ont piqué mon flouze, si j’avais été à l’école pas buissonnière, fais mes devoirs et appris mes leçons et si j’étais resté avec mon pipa à la cambuse, je ne serais pas au milieu d’une cour de ferme à faire le chien de garde pour le paysan. Si on pouvait effacer l’ardoise et revenir à la case départ ! Mais c’est impossible, je vais donc en baver.
Tristement, il entra dans la niche en pensant ‘’qui dort, dine’’ et s’en alla rejoindre Morphée. Il pionçait depuis deux plombes quand...  
     

Fin de l’épisode, à suivre...

Qu’arriva-t-il à notre marionnette ?

Réponse A – La camarde et sa faux qui se baguenaudait dans le coinstot le prend sous son aile. Fin de l’épisode et de l’histoire.
Réponse B – La Fée bleue avait entendu sa contrition et émue du repentir du pantin le délivre et l’emmène dans ses bras jusqu’à son paternel.
Réponse C – Des chuchotements du genre couinements bizarres s’approchent de lui le réveillant et il regarde par l’entrée de la niche sans se montrer.
Réponse D – Le paysan pris de remords rallége en l’interpellant, pour lui donner une gamelle encore fumante d’une bonne soupe aux choux avec du lard.

Glossaire des mots nouveaux :
baguenauder (se) – se promener sans but véritable.
Mouise – c’est la misère, les embêtements ; on dit aussi battre la mouise pour chercher les ennuis.
Poteau, pote, un ami, un camarade, une métaphore pour parler de celui qui est droit et stable ; c’est aussi le terme utilisé pour la cuisse ou de grosses jambes.
Se faire gauler – de gauler dans le sens voler ou attraper c’est se faire voler quelque chose ou se faire attraper, la gaule c’est la canne à pêche et donc l’objet qui attrape ; par extension, la gaule est aussi le membre viril et gauler c’est aussi posséder une femme.
Abattis – membre du corps humain l’expression numéroter ses abattis qui signifie se préparer au pire vient du supplice de la roue où l’on brisait les membres du condamné.
Crevioter – mourir bien sûr, mais doucement.
Pillandre – en parler lyonnais, c’est un vaurien, un malhonnête.
Ardoise – en français courant c’est acheter à crédit ou avoir un crédit dans un bistrot ; le commerçant notait sur une ardoise les dettes ; effacer une ardoise, c’est donc annuler la dette et s’emploie ici pour effacer les erreurs passées.

Et toujours vous pouvez consulter le dictionnaire du parler populaire argotique et lyonnais, de plus en plus enrichi qui vous permet de retrouver les mots déjà explicités. Il vous suffit de cliquer sur - Glossaire

Ajouter un commentaire