épisode 21 à 25

 

Avec le retour de Renard et Chat, nous voici au tournant de ce que fut la deuxième partie du feuilleton écrit par Collodi dans le "Journal pour les enfants" de 1881 à 1883. Il avait arrêté l'histoire à la pendaison lors du 15e épisode. Sous la pression des lecteurs, et de son ami rédacteur en chef du journal, il reprit la plume et nous gratifia d'aventures plus extravagantes, burlesques et fantastiques, au cours desquelles, la marionnette fera son initiation pour devenir un véritable enfant.

 

épisode 21 - c’est reparti pour un tour

Il n'y a pas qu'en Place Bellecour que l'on trouve des pigeons
La plaisante sagesse lyonnaise

Où Pinocchio sans souci la griotte, replonge, entubé par les deux enjôleurs.

Pinocchio, venait de remarquer que Chat avait la patte avant gauche entourée de bandelettes.

- Qu’est-il arrivé à ta patte ? Demanda –t-il

Chat ne savait trop quoi rebriquer. Renard intervint pour filer un coup d’épaule à son complice :

- Mon poteau est trop modeste, il n’aime pas se faire mousser mai je vais t’affranchir : alors que nous étions un chemin, nous aperçûmes au bord de la route un vieux loup tout crevard qui nous demanda l’aumône. Hélas, nous n’avions pas le moindre fifrelin pour le dépanner et là, Chat qui a le cœur sur la main, pris son eustache et se sectionna la patte gauche qu’il jeta vers le miséreux pour qu’il ne crève pas la gueule ouverte.

Renard essuya une larmichette.

Pinocchio, tout brassé par cette histoire, s’approcha de Chat et lui glissa dans l’entonnoir à musique :

- Si tous les greffiers étaient comme toi, les souris pourraient danser, même en leur présence !

- Mais dis-nous, qu’est-ce que tu glandes dans cette zone ? Questionna Renard.

- J’attends mon daron qui doit ralléger d’un moment à l’autre.

- Et tes sequins ?

- Ils sont dans ma fouille, sauf un qui m’a servi à régler la douloureuse de l’aubergiste puisque vous partîtes en urgence. C’est pas dieu poss’ d’être aussi crédule. Notre pantin est surement capable de gober un œuf d’autruche.

- Je pense que c’est ballot que tu n’aies que quatre napos  alors que tu pourrais en avoir mille voire deux mile dès demain ! Pourquoi ne vas-tu pas les semer dans le Champ des Miracles ? Susurra Renard.

- Aujourd’hui il n’y a pas mèche, j’ai rencard avec mon paternel, mais un autre jour peut-être !

- Un autre jour, ce sera trop tard.

- Pourquoi es-tu aussi péremptoire ? J’aurais pu dire catégorique, mais avec péremptoire qui signifie :  détruire d’avance toute objection sans pouvoir répliquer, ce qui sous-entend ici que Pinocchio est ébranlé et que sa détermination commence à fléchir.  

- Le champ a été acheté ce matin par un mecton plein aux as qui doit dès demain interdire les semailles.

Le champ des miracles- Ah ! Et il est loin ce champ ? S’enquit Pinocchio qui, vous l’avez compris, vient de plonger  dans l’arnaque comme la main du pickpocket dans la poche d’un blaireau.

- À peine deux kilomètres, il va nous falloir moins d’une demi-heure pour y arriver. Sur place tu sèmes tes quatre pièces, tu attends quelques minutes et tu en récolteras deux mille. Tu peux donc être de retour ici avant ce soir, les poches pleines. Alors ! Que décides-tu ?

Pinocchio hésitait en revoyant la bonne Fée, Geppetto, se rappelant leurs mises en garde comme celle du grillon-qui-parle. Mais il était brut de coffrage comme tous les niards de son âge qui n’ont pas plus de deux sous de jugeote et il se résolut à dire aux deux compères :

- Banco, je viens avec vous.

Ils partirent tous les trois et en chemin traversèrent une ville appelée « Attrapenigauds ». Pénétrant dans cette bourgade, Pinocchio constata que les rues étaient pleines de chiens pelés que la faim faisait bailler, de moutons tondus qui tremblaient de froid, de coqs sans crêtes qui mendiaient un grain de maïs, de grands papillons cloués au sol parce qu’ils avaient bradés leurs belles ailes colorées, de paons sans leur queue qui trottinaient tête basse comme des petits vieux, honteux et pleurant leurs habits d’or et d’argent perdus pour toujours. Parfois, un magnifique carrosse transportant un renard, un gros oiseau de proie ou une pie voleuse traversait cette foule de miséreux.

Sans y prêter attention, obnubilé par son projet de faire fructifier ses napoléons, Pinocchio s’enquit :

- Le Champ de Miracles où est-il donc ?

- Patience, nous y arrivons.

Ils traversèrent la ville, franchirent les remparts, puis ils s’arrêtèrent dans un champ qui se trouvait à l’écart  et qui ressemblait surtout à n’importe quel autre champ.

Fin de l’épisode, à suivre...

Que va faire Pinocchio ?

Réponse A – Il va enfin comprendre qu’il s’est fait avoir et s’en retourne à la rencontre de son père. 
Réponse B – Mangiafoco de passage dans la région va chasser Chat et Renard, il va prendre Pinocchio sous sa protection et le raccompagner.
Réponse C – Incapable de réfléchir il va suivre les directives des deux voyous.
Réponse D – Le propriétaire du champ arrive, se moque de la crédulité du Pantin et armé de sa fourche poursuit les deux compères laissant Pinocchio effondré d’avoir été roulé.

Glossaire des mots nouveaux :
Brut de décoffrage : L’expression vient du métier de maçon ; lorsque le béton est coulé dans des moules appelés aussi coffres, pour former des marches par exemple, et que ces moules sont retirés, le béton présente des imperfections qu’il faudra gommer pour obtenir un travail impeccable. Cette expression, appliquée à une personne signifie qu’elle est rustre ou pas encore finie.
Entonnoir à musique ou à calembour : une jolie métaphore pour désigner le pavillon de l’oreille. Dans son dictionnaire, San Antonio désigne aussi l’oreille  comme une : étagère à mégot, à crayon ou plus prosaïquement à lunettes, mais là il s’agit des deux oreilles, pas d’une seule.
Glander expression qui suppose de faire une action vague, sans but précis.
Mèche : il n’y a pas il n’y a pas moyen, ce n’est pas possible, tandis qu’être de mèche, c’est être complice avec quelqu’un.
Niard : on dit aussi gnard, une aphérèse de mignard et c’est un jeune garçon, rarement une petite fille ou mignarde. Paradoxalement pour un garçon ces termes sont plutôt péjoratif puisque le garçon n’est pas dégrossi, alors qu’une mignarde est plutôt affectueux quand il désigne une petite fille.

N'oubliez pas aussi que le Glossaire reprend tous les mots. 

04/07/2018

Ajouter un commentaire