Noel 2015

épisode 1

N'oubliez pas de cliquer sur les images pour mieux les visualiser

Préambule 

Chaque année, je crée un village imaginaire qui m'inspire une histoire, un conte de Noël que j'écris au cours des quatre derniers jours qui précèdent ce moment magique qui est aussi fêté en Chine.
Il doit être terminé avant la veillée du 24 pour ceux qui souhaiterait le raconter à leur entourage.
Tout se passe au royaume de l'orchidée et cette année, je vais vous en dévoiler le secret.
Mais lisez plutôt !

FrontiereIl était une fois, un royaume constitué de deux provinces. L’une est recouverte de neige et l’autre d’une terre aride et sèche. Leur ligne de démarcation se situe entre deux plantes magnifiques, deux phalaenopsis c’est-à-dire deux orchidées qui fleurissent chaque année en même temps et qui sont à l’origine du nom de chacune des régions. Côté neige, nous avons « Die Grosse-Orchis » province de l’orchidée géante avec une hampe fleurie qui grimpe si tant haut dans le ciel, qu’on la croirait cousine du haricot magique de Jack et côté terre sèche « Die Klein-Orchis » la province d’une orchidée plus modeste avec une hampe presque horizontale.
Chaque plante termine sa hampe par une inflorescence en grappe de sept fleurs de teinte pastel rose, et tigrée pour la petite. Le chiffre 7 est primordial, car c’est le nombre magique nécessaire à l’apparition de ce monde éphémère qui ne se crée que pour une courte période, le temps que s’accomplisse une prophétie, mais ne dévoilons pas tout et laissez-vous emporter par le mystère de cette histoire.

Évacuons tout de suite l’interrogation qui brûle les lèvres de certains d’entre vous : « Puis-je me rendre dans ce pays ? » Ma réponse va vous sembler ambigüe, mais je dois vous dire que si votre souhait est d’y aller concrètement, ce ne serait pas prudent car cela consisterait à mettre un pied dans la quatrième dimension avec le risque de ne pas en revenir. Vous pouvez toutefois vous en approcher en suivant ce conte avec le cœur et l’esprit ouvert d’un très jeune enfant. Mais attention à ne pas vous faire happer par l’atmosphère magique qui, comme le chant des sirènes, est prêt à vous emprisonner si vous foulez le sol de ce royaume. Seuls les tout-petits et quelques rares adultes sont capable de passer du merveilleux à la réalité de façon naturelle et sans danger.

A l’origine donc, les deux régions étaient deux mondes différents qui se sont retrouvés soudés un beau jour, au cours de leur cheminement qui perdure depuis des temps immémoriaux. Vous allez comprendre pourquoi. Autre paradoxe, la température ; celle du sol est d’origine et ne bouge pas, fixant aussi bien la neige que le rocailleux. Par contre celle de l’atmosphère est une température « ressentie » comme le disent nos météorologues modernes et qui correspond à l’activité des résidents. Vous remarquez également une cohabitation dans la partie « neige » de personnages de la vie courante et de ceux issus de contes de fées. En voici la raison...

A suivre...

Noel2015 vue d ensemble

épisode 2

Au tout début, était le village de Schnokeloch, proche d’Argentoranum (Strasbourg) l’oppidum fortifié en l’an 742 (-12 de notre ère) par le général Drussus. Les légionnaires en perm’ se rendaient à Schnokeloch car les gaulois y étaient accueillants et toujours d’humeur joyeuse sauf les jours où l’orage grondait, car ils avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête. Ils avaient une croyance bizarre pour les romains : ils prétendaient qu’un jour, la Virgo Parturaé (une femme vierge qui serait fécondée par le soleil) accoucherait dans une grotte, d’un enfant qui viendrait séparer le bien du mal. Comme les druides interdisaient l’écriture, nous n’en avons qu’une trace verbale qui fut colportée de bouche de gaulois à oreille de romain. Ce village de bergers (que les archéologues cherchent encore) possédait une grotte miraculeuse qui avait la particularité d’être une porte d’accès donnant sur plusieurs lieux, dont un village de Palestine nommé Bethléem, « la ville du pain ». La légende prétend que peut après le solstice d’hiver de l’an 754 de Rome, la Virgo Parturaé aurait mis au monde l’enfant roi, simultanément en Gaule, en Palestine, en Perse et en Egypte, mais, pour ne pas créer la confusion, les rois mages qui régnaient sur l’ensemble du monde connu de l’époque, réfutèrent ce don d’ubiquité et en bons astrologues se concentrèrent sur la Palestine.Ils pensaient que ce serait ainsi plus facile d’universaliser la naissance de celui qui avait pour mission d’unifier les religions. Un vœu pieux que la soif de pouvoir des politiques, les querelles des dignitaires religieux de tous bords a fait capoter.

C’est pourquoi, au fil des siècles, les descendants du village de Schnokeloch se doivent de réapparaitre et se retrouvent chaque année, comme dans une histoire sans fin, en situation de reconstituer l’avènement de la Virgo Parturaé pour qu’éclate la vérité. Ils le font avec dévotion mais aussi avec joie depuis leur rencontre avec un personnage qu’ils appellent « le Père Noël » (l’ami des enfants), lequel, Egliserenouant avec l’antique coutume des Saturnales, vient leur distribuer cadeau et friandises. En observant le village, nous pouvons voir les enfants jouer à la balançoire ou à saute-mouton avec leur bonhomme de neige. Monsieur Schouvert rentre de courses avec ses deux enfants et le petit Hans initie son grand-père à la luge acrobatique. Une famille se rend à l’église, sur la colline Sainte-Marie-Alacoque pour admirer la crèche installée dans la chapelle de droite. Mais regardez devant l’hôtel de ville ce vilain cabot qui essaye de chaparder la poupée que les Müller ont achetée pour leur fille !

SchneemannUne scène qui semblerait banale de nos jours sauf que parmi les habitants nous apercevons deux bonhommes de neige qui semblent être les gardiens de la cité où évoluent aussi des fées et autres personnages de contes. Jouissant de l’immunité sédentaire qui me permet d’être l’ambassadeur de la réalité, je peux en toute liberté voyager d’un rêve à l’autre en séjournant dans n’importe lequel des mondes parallèles. Il me suffit de prononcer à mon arrivée : « hic ne varietur !» (Qu’ici rien ne soit changé !) Et je suis accepté. C’est donc avec ces mots que je me présente devant le gardien et son chien.

« Je suis Schneemann, mais tu peux m’appeler Marcel » se présente Bonhomme de neige.

« Moi c’est Fab, puis-je savoir l’origine de votre présence parmi ces gens ... » Devant mon hésitation, il ajoute en souriant :

« Normaux !! »

« Classiques » dis-je pour ne pas vexer. Il me raconte alors son histoire.

A suivre...

épisode 3

Lorsque la Virgo Parturae, venue dans la région incognito, se retira dans la grotte, une étoile, dans la nuit claire et glacée de l’an 754, (nous étions sous l’ère de l’empereur Auguste) se mit à grossir, briller et clignoter. Les gaulois surent que la prophétie de l’enfant roi allait se réaliser. Ils se mirent en route jusqu’à l’entrée de la grotte qui se situait en pleine forêt de chênes au pied d’un tumulus recouvert d’un manteau de feuilles et de brindilles et parsemé de branches de gui fraichement coupées, au fruits étrangement translucides et brillant. Deux druides écartèrent le rideau de verdure qui protégeait l’entrée en psalmodiant selon le rituel magique « O ghel an heu !» (Au gui l’an neuf !).
Les villageois pénétrèrent dans l’entrée. Une légère pente inclinée s’écartait en tournant laissant voir une lumière bleue et brillante dans le fond. Ils étaient nombreux  lorsqu’ils arrivèrent émerveillés dans une grande salle voutée où les stalactites et stalagmites prodiguaient une belle lumière chaude et douce. Trois druides invitèrent les gens à venir dans un renfoncement où une jeune femme, au sourire lumineux, toute de bleu et blanc vêtue, confortablement installée dans un fauteuil improvisé fait de branches et recouvert de peaux de mouton, tenait dans ses bras un bébé tout emmailloté de toile de lin jaune de la couleur du soleil. De son visage lisse et serein, l’enfant émanait une douceur communicative pour tous ceux qui l’approchait. Les druides avaient donné pour consigne de s’incliner tout simplement devant l’enfant dans un salut respectueux et non ostentatoire, puis de s’en retourner au village. Chacun avait conscience de vivre un instant inoubliable. L’enfant allait apporter la paix et unifier les nations.
Les rangs de ceux qui arrivaient commençaient à s’éclaircir. Un petit groupe d’une quinzaine de personnes, adultes et enfants entrait à son tour dans la grotte et c’est là que tout a basculé. Un trio de gamins bougeons se mit à courir en tous sens, dans la grande salle et ils se trouvèrent devant trois renfoncements qu’ils prirent pour des cachettes. Le premier alla dans celui de droite. Il y avait une porte qu’il poussa et se retrouva en Egypte, dans un temple ou des prêtres s’occupaient d’un jeune couple qui venaient présenter leur enfant pour qu’il soit consacré. La femme et le bébé ressemblaient à celui de sa caverne. Avant que les personnes du temple ne réagissent, il fit demi-tour et franchit la porte en sens inverse laquelle, dès son passage, disparut pour laisser place à de la roche. Les deux autres trublions avaient eu la même mésaventure mais eux s’étaient trouvés dans un temple perse. Seule la porte centrale qui menait en Palestine n’a pas été ouverte.
Dans la grande salle c’était la consternation car la jeune femme qui venait d’accoucher versa une larme et avec son bébé ils s’évanouirent lentement jusqu’à disparaître complètement. La lumière commençait aussi de s’éteindre et les druides poussèrent les personnes présentes vers l’extérieur. Le plus âgé prit la parole : « Désolé, mais vous venez de modifier la prophétie. Il fallait impérativement pour que le projet du créateur aboutisse que naissent simultanément quatre enfants qui devaient répandre la parole aux quatre points cardinaux. Aucun d’eux ne devait connaître l’existence des autres et donc il ne reste plus que celui qui vient de naître à Bethléem. Sa tâche devient presque mission impossible. Dans la mémoire des hommes, il ne subsistera que cette quatrième naissance. En ce qui vous concerne, vous voilà donc condamnés à revenir chaque année à la même période, recommencer l’histoire jusqu’à ce que les conditions de la prophétie soient de nouveau réunies. »

Les fées

SnowmenSchneemann termina : « Cette même nuit, l’étoile cessa de briller, le village de Schnokeloch tomba dans l’oubli et depuis plus de deux mille ans au solstice d’hiver l’histoire recommence. Mais comme nous sommes dans la quatrième dimension, au fur et à mesure que le temps passe, pour agrémenter ce tourment, l’autorisation a été donnée  d’y inclure le merveilleux. Chaque personnage insolite dele roi et la reine cette histoire présente une particularité et une utilité. Avec mon confrère Snowmen, que tu peux appeler Marcel, toujours suivi de son chat nous veillons à ce que cette fois, rien ne vienne déranger ce qui reviendra un jour. Les trois fées : la Fée bleue, Clochette et Mélusine s’occupent du moral de chacun en projetant de temps en temps un peu de poudre qui permet de ne garder que la mémoire du moment. S’ils savaient qu’ils ont plus de deux mille ans, les habitants de Schnokeloch seraient surement déphasés. Tous les animaux cohabitent en bonne intelligence et surtout, ils cherchent l’entrée de la grotte pour qu’elle soit rendue de nouveau accessible. Quant aux personnages que tu crois imaginaires, ils ont chacun leur utilité. Le roi et la reine rappellent qu’un royaume doit être bien dirigé comme au temps de la pax Romana d’Auguste. Si ces deux-là peuvent te sembler austères, rassure-toi, ils sont justes et soucieux du bien-être de leurs sujets.

A suivre...

épisode 4

PinocchioGeppetto et Pinocchio sont là pour rappeler qu’un enfant trublion, peut tout à fait devenir un véritable petit garçon bien comme il faut et donc qu’il faut pardonner aux trois gamins d’avoirCendrillon détourner sottement la prophétie initiale. Le Prince et Cendrillon représente l’amour capable de franchir toutes les barrières et qui survit dans toutes les époques. Blanche-Neige c’est bien sûr la pureté parfois naïve mais très entourée et protégée par la gentillesse qu’elle prodigue autour d’elle.

« Que viens donc faire la sorcière ici ?» Demandais-je

Blanche neige« Espèce de marque-mal, que me rebrique la sorcière, tu crois que c’est facile d’être la méchante, toujours détestée. Sans moi la princesse ne serait qu’une pauvre fille acidulée et niaise. Plus le méchant est un vrai mauvais, plus il sublime ceux qu’il agresse. Le beau (au sens figuré) n’existe que parce qu’il s’oppose au laid comme la douceur à la violence. Et s’il n’y avait pas la douleur, je pourrais poser ma main sur une plaque brulante sans m’en rendre compte et je perdrais ma main. Tout est yin et yang à la fois. »

« Désolé ! » m’excusais-je

« Ça va, ça va ! » bougonna-t-elle en s’éloignant avec un petit sourire satisfait.

Je me retourne vers ‘’Marcel’’ : « pas commode la sorcière, mais si ce n’est pas trop demander, pourquoi les nains sont-ils avec la crèche qui représente ce qui a déjà existé. Pourquoi pas une crèche perse ou égyptienne ?»

Crèche

Marcel me répond : « Depuis quelques années, à Landogne près de Clermont-Ferrand il existe un village avec des crèches du monde entier (près d’une centaine), Je t'en conseille la visite et comme je suis un bon zig, je te donne le dépliant avec le lien que voici :

Crèches du monde.

Pour répondre à ta question, la crèche de Bethléem est ici pour confirmer que nous n’avons rien oublié. Prof avec sa lanterne montre le chemin, Timide avec son bouquet de fleurs souhaite la bienvenue, Dormeur prouve que même fatigué, il a toujours le courage de travailler. Quand à Simplet, il rappelle les textes sacrés : « Beati pauperes spiritu ... » Bienheureux les simples d’esprit, le royaume des cieux est à eux. »

Schnokeloch  Grosse orchis

En repartant, Fab se dit que ce serait bien si cette quatrième dimension venait faire un petit tour sur Terre. La nuit était tombée, Fab frissonna et levant la tête, il aperçut dans le ciel, une étoile qui brillait plus que les autres, elle était bien plus grosse et se mit à clignoter...

Fin... ou peut-être... commencement !

Si ce conte vous a plu, n'hésitez pas à le partager avec tous ceux que vous aimez. soit en cliquant sur le petit icone : e-mail ci-dessous, soit en leur communiquant le lien :

http://www.fabulgone.com/pages/feuilleton/contes-loufoques/noel-2015.html

Passez tous de bonnes fêtes de fin d'année

 

 

Commentaires (4)

zouzounette40
  • 1. zouzounette40 (site web) | 23/12/2015
Bonsoir Fab....j'ai lu épisode 2 une femme fécondée par le soleil....
Toi alors ! mais où vas-tu chercher de telles idées....
bon la suite plus tard ...après Noël car je n'aurai pas le temps...
demain soir réveillon avec mon amoureux....
et vendredi
avec Adeline, mon gendre, les petits et ma Maman bien sûr...
alors je cours entre boulot....ménage courses et cuisine....
Je te souhaite un très JOYEUX NOËL Fab....
gros bisous
Sucramus
Hello Fab, tu nous fais languir, tu aimes susciter l'impatience et tenir le suce pence...
Mes orchidées sont entrain de me faire l'honneur de leur reconnaissance...
Bonne fêtes de Noël poète impénitent
Michel dit Fab le gone du cintième
  • 3. Michel dit Fab le gone du cintième | 20/12/2015
C'est parce qu'on te vend des orchidées qui sont "forcées". C'est peut-être ridicule, mais je leur parle, je les soigne avec rigueur et depuis plusieurs années, elles fleurissent deux fois l'an. J'aime les fleurs et elles me le rendent bien. Bisous Zouzou
zouzounette40
  • 4. zouzounette40 (site web) | 20/12/2015
Quelle imagination tu as ! j'attends la suite ....j'adore les orchidées...
mais je n'arrive pas à les faire refleurir....
Bisous Fab

Ajouter un commentaire