Hommage à Pierre Dac (suite)

Nous entrons dans un développement que l'on pourrait qualifier de dérapage.
En effet, l'incident s'internationalise à cha peu.
Pierre Dac nous offre toute la mesure de son talent, où, partant d'un simple fait banal, il est en capacité de partir dans la loufoquerie la plus incroyable.
La pharmacie Lopez préfigure le style du feuilleton radiophonique "Signé Furax - Malheur aux barbus" co-écrit avec Francis Blanche et diffusé de 1956 à 1960 sur les ondes d'"Europe 1"
 comme celui réalisé et diffusé entre 1966 et 1974 sur France Inter qui est l'œuvre de Pierre Dac et Louis Rognoni : "Bons baisers de partout".

Pour voir les 20 premières "dernière minute" cliquez sur - La pharmacie Lopez de Santiago
Pour la suite et fin voir -
Dernières minutes

Dernières minutes du N°21 à 34

DERNIÈRE MINUTE n° 34 Où Francisco Lopez nous fait une crise de mysticisme ???

De Santiago du Chili :

On a retrouvé la trace de M. Francisco Lopez !
 Après avoir fermé sa pharmacie, il est entré pour faire retraite au monastère San Felipe de Llullaillaco, avenida Presidente Errázuriz, 3790. Tel. : 448-7.966.

À suivre...

Federico Errázuriz Zañartu. Homme d’état né le 25 avril 1825 à Santiago et mort le 20 juillet 1877 dans la même ville, il fut président du Chili du 18 septembre 1871 au 18 septembre 1876.
Pierre Dac est très rigoureux dans ses choix et dénominations.

DERNIÈRE MINUTE n° 33Où l’inquiétude grandit dans toute la Cordillère des Andes

De Santiago du Chili :

L’inquiétude règne dans tout le pays et va jusqu’à gagner les indigènes du pic de Tornador, pourtant situé dans la cordillère des Andes, à 3471 mètres d’altitude. M. Francisco Lopez a en effet, remplacé la pancarte :

« Fermeture indéterminée pour cause de réouverture imminente. »
qu’il avait fait  apposer sur la porte de sa pharmacie par une autre ainsi libellée :

« Réouverture imminente pour cause de fermeture provisoirement définitive. »
Par mesure de précaution, les autorités ont discrètement fait mettre en état d’alerte les principaux centres psychiatriques de la région.
Les églises, les temples protestants et bouddhistes, tous les lieux de culte assureront une permanence de 5h du matin à 23h dimanche prochain.

(Exceptionnellement le prix du cierge sera de 750 pesos soit 1 euro au lieu de 1500 pesos (2 euros) ; on est prié d’apporter son chandelier.)

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 32Où l’on s’interroge sur les motivations du pharmacien Lopez

De Santiago du Chili :

Depuis quarante-huit heures, sur la porte hermétiquement close et étroitement verrouillée de la pharmacie Lopez, une pancarte ainsi libellée est apposée :
« Fermeture indéterminée pour cause de réouverture imminente. »
Les rumeurs les plus fantaisistes et les plus contradictoires circulent sur les raisons qui ont poussé M. Francisco Lopez à rédiger cet incompréhensible avis. En revanche on n’a pas noté la moindre réaction officielle dans les milieux de la police et du conseil de l’ordre des pharmaciens. On murmure que, en privé, ils se seraient contentés de hausser les épaules et d’arborer un sourire complice et averti.
De son côté, M. Francisco Lopez passe ses journées dans les bijouteries de luxe ou devant les éventaires de cannes et de parapluies en sucre.

On n’en sait pas plus pour le moment.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 31Où les troubles à l’ordre public se soignent au sirop de tolu

De Santiago du Chili :

Afin de préparer au mieux sa rencontre avec le président de la République française, M. Francisco Lopez échange actuellement, à longueur de journée, de mystérieux coups de téléphone avec les magasins les plus luxueux et les usines les plus snobs de la capitale.
Avide de savoir, une foule de plus en plus dense envahit désormais la chaussée, rendant ainsi toute circulation impossible. Pour limiter les dégâts, la police a d’abord placé l’avenida San Martin en sens interdit à chacune de ses deux extrémités. L’avant-veille du surlendemain, devant l’inefficacité de la mesure, elle l’a mis à double sens unique. Bien entendu cela n’a pas arrangé les choses. En bon citoyen soucieux de rétablir l’ordre, M. Francisco Lopez a alors actionné sa pompe à sirop de
tolu*, ce baume provenant des forêts les plus proches, et a copieusement aspergé ses fidèles supporters qui l’on aussitôt acclamé pour ce geste si démocratiquement adoucissant.

À suivre...

Tout ce qui est écrit ci-dessous est rigoureusement autenthique ce qui démontre la rigueur de Pierre Dac dans sa loufoquerie épistolaire.

* Le baume de Tolu est obtenu à partir d’un arbre originaire du nord de l’Amérique du Sud, Myroxylon balsamum (ou Myroxylon toluiferum). Il est surtout utilisé pour son action antiseptique (il combat les microbes qui colonisent la peau et les muqueuses) et expectorante (il dégage les voies respiratoires). On l’administre aux personnes qui présentent une inflammation des bronches (bronchite), de la trachée (trachéite) ou du larynx (laryngite). Le baume de Tolu permet aussi de traiter les infections rénales (pyélonéphrites) et les inflammations de la vessie (cystites). Il est parfois administré aux personnes tristes ou qui ont perdu un être cher afin de soulager leur peine. Le baumier de Tolu est un arbre dont le tronc mesure entre 15 et 20 m de haut. On le trouve surtout au Venezuela et en Colombie, en particulier près de la ville colombienne de Santiago de Tolú. Pour prélever le baume, on réalise une incision profonde en forme de V dans l’écorce. La résine durcit au contact de l’air et devient molle lorsqu’on la chauffe. Elle dégage une odeur agréable qui rappelle celles de la cannelle et de la vanille.

DERNIÈRE MINUTE n° 30Où l’invitation sera honorée à l’occasion des fêtes de fin d’année

De Santiago du Chili :

C’est très vraisemblablement à l’occasion des fêtes de fin d’année que M. Francisco Lopez s’envolera à destination de Paris pour répondre à l’invitation du président de la République française à lui rendre visite en son domicile du palais de l’Élysée.
En attente de cet évènement historique, le célèbre pharmacien de l’avenida San Martin a trouvé le moyen d’accroître encore son immense popularité. Il offrira désormais à tout acheteur de l’un de ses produits pharmaceutiques une prime exceptionnelle consistant en un lavement gracieux d’un litre et demi de glycérine mentholée, au bouillon de légumes ou à la gratinée du chef.
À consommer sur place.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 29Où le lyrisme du Président français, s'assorti d'une invitation

De Santiago du Chili :

Peu après l’ouverture de sa pharmacie, qui sera de garde dimanche prochain, M. Francisco Lopez a reçu une lettre que le président de la République française lui a personnellement adressée. Ouverte par erreur par les services de la Poste, elle a immédiatement été photocopiée puis communiquée à une agence de presse. Pour cette raison, nous sommes en mesure de vous en communiquer le contenu...

« Toute ma vie, écrit le président de la République française, je me suis fait une certaine idée de la pharmacie Lopez. Le sentiment mais aussi la raison me donne l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés et des malheurs exemplaires et réciproquement.
J’ai trouvé en vous, cher Francisco Lopez, une grandeur, une noblesse, un courage, enfin, qui m’ont touché. On vous pousse à droite, on vous tire à gauche, on sape le rocher sur lequel vous vous accrochez, les hommes et les partis s’agitent autour de vous, les intrigues se nouent et se dénouent... vous demeurez impavide, ne cédant pas à la peur ni au désespoir, repoussant les traîtres et méprisant les lâches. Vous attendez, sans amertume, avec la certitude qu’un jour viendra où le monde vous reconnaîtra pour un des siens.
Cher Francisco Lopez, vous avez fait naître l’espoir au sein d’une humanité malade, où les trublions d’occasion veulent, au nom de je ne sais quel idéal plus égoïste que philosophique, jeter la discorde et la haine. Pour vous j’en suis certain, cher Francisco Lopez, l’heure des permanences dominicales sera bientôt révolue. Vous serez, j’en suis sûr, placé devant un choix lourd de conséquences et vous devrez faire face au poids de vos responsabilités. De hautes aspirations vous attendent.
Je vous propose de venir à Paris, chez moi, à l’Élysée, pour en discuter. »

Bien entendu, Francisco Lopez a aussitôt accepté l’invitation. À condition toutefois qu’elle tombe et c’est bien normal, entre deux de ses tours de garde dominicaux.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 28Où le pharmacien Lopez « surchauffe » !

De Santiago du Chili :

Il est sans doute trop tôt pour se faire une idée du résultat de l’initiative du Président de la République française pour régler l’affaire Lopez. Tout ce que l’on peut dire, c’est que, depuis sa rencontre historique avec le chef de l’Etat, M. Francisco Lopez se trouve dans un état d’exaltation qui frise le délire.

Revêtu d’un uniforme de capitaine de zouaves de 14-18, il oblige désormais chacun de ses clients à chanter la Marseillaise au moment de régler le moindre de ses achats. De plus, son officine ainsi que les produits en vente sont entièrement pavoisés de tricolore.
Pour le moment, le mot d’ordre est prudence et discrétion, jusqu’à plus ample informé.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 27Où la venue du Président français augure d’un apaisement salutaire

De Santiago du Chili :

Le président de la République française s’est rendu discrètement et sans escorte dimanche à la pharmacie Lopez, qui, par hasard des calendriers était de garde. Le chef de l’Etat a remis son ordonnance  à M Francisco Lopez. Ce dernier, visiblement ému, a promis de l’exécuter dans les délais les plus brefs, voire les moins longs, et réciproquement.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 26 Où le monde à les yeux rivés sur ce qui se passe à Santiago
                                                     La France s'implique !!!

De Santiago du Chili :
Depuis le retour du pharmacien Lopez à Santiago du Chili, la fièvre monte dans les chancelleries du monde entier.
Le gouvernement suédois a rappelé son ambassadeur au Chili. Dans le même temps, le représentant de Santiago aux Nations unies s’est enfermé dans un mutisme menaçant. De leur côté, le Foreign Office s’agite et le Quai d’Orsay consulte. Au Kremlin, le Soviet suprême s’est réuni en séance secrète en attendant l’arrivée du secrétaire général de l’ONU qui vient d’accepter la lourde charge d’une mission de conciliation. De plus, des rumeurs impossibles à vérifier font état de mouvements de troupes chinoises à la frontière de la Mongolie extérieure. Quant à la presse mondiale, elle se tait. Et pour cause ! Les gouvernements ont imposé un black-out complet et un manteau de silence s’est abattu sur le monde.
Dernier scoop de Paris, la planète serait-elle, à nouveau, un volcan sur le point d’entrer en éruption ? L’espoir revient toutefois depuis une déclaration du porte-parole de l’Elysée à la sortie du Conseil des ministres :

« Le président de la République française a décidé de régler l’affaire Lopez. »
La paix n’est pas gagnée, mais un grand pas vient d’être franchi.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 25 Où le peuple a été entendu ; le pire est évité. Pour le moment...

De Santiago du Chili :

Par décision gouvernementale exprimée par le porte-parole du Palacio de la Moneda, c’est une pharmacie mobile de l’armée qui sera de garde itinérante dimanche prochain sous les ordres de l’adjudant-chef pharmacien Salvador Scuadron Cordinez.
Le peuple massé sur la Grand-Place ovationne cette décision. Le setting prévu pour dimanche prochain devant la pharmacie Pedro Martinez est annulé.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 24Où les discussions se poursuivent !

De Santiago du Chili :

Les circonstances étant ce qu’elles sont et dans un souci de maintenir le service sanitaire à minima, la Pharmacie Pedro Martinez sera de garde timidement dimanche prochain de 11h45 à midi et de 18h15 à 18h30.
"Entrée par la porte de service"
Une fumée noire sort du cornet du poële installé sur le balcon de la salle de réunion du Palacio de la Moneda. Le porte-parole du gouvernement s'y présente et devant la foule rassemblée sur la Grand'Place, il fait le signe d'une fermeture Éclair qui se ferme, devant sa bouche puis il retourne dans la salle de réunion.
Le peuple grommèle !

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 23 Où la goutte d'eau a mis le feu aux poudres !

De Santiago du Chili :
Des événements indépendant de notre volonté nous obligent à vous informer que c’est la pharmacie Pedro Martinez qui finalement sera de garde dimanche prochain de 14 heures à 16h30 seulement.
Le gouvernement s’est réuni en urgence au « Palacio de la Moneda (palais de la monnaie) », siège de la présidence, pour tenter d’endiguer la crise.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 22 Où l'on revient à la case départ !!!

De Santiago du Chili :

Un sensationnel coup de théâtre vient de se produire.
M. Francisco Lopez a repris possession de sa pharmacie après annulation, à l’amiable, des accords passés à Tanger avec M. Gustav-Adolphe Otersund, lequel s’est contenté de déclarer évasivement qu’il s’inclinait devant la noblesse des sentiments de M Lopez.

P.S. : C’est la pharmacie Lopez qui sera de garde dimanche prochain.

À suivre...

DERNIÈRE MINUTE n° 21 Où l'on va assister au pétage de plomb et dérapage de notre estimé pharmacien

De Göteborg (Suède) :

"Par considération pour le nouvel occupant de l’officine de la place Oxenstiern, c’est la pharmacie Lopez qui sera de garde dimanche prochain."
Suite à cette annonce, M Francisco Lopez, qui commence à la trouver saumâtre, a adressé au président de l’ordre des pharmaciens suédois une note, à peine polie, dans laquelle il déclare qu’il n’a pas quitté Santiago du Chili, dans le but d’échapper à la servitude systématique de la garde dominicale, pour que la même comédie se renouvèle à Göteborg.

À suivre...

Ajouter un commentaire